Vin et santé au féminin

Une étude menée sur une cohorte de plus de 120 000 femmes pendant 30 ans montre une fois de plus l'intérêt d'une consommation régulière et modérée comparée à toute autre attitude et notamment à l'abstinence. Voici un article dans un grand journal français pour en savoir plus : http://avis-vin.lefigaro.fr/magazine-vin/o24628-avis-aux-amatrices-le-vin-bon-pour-la-forme#ixzz1c0MwVVnu
Et pour les anglophones qui voudraient un peu plus de détails techniques en se rapprochant de la source :
http://www.plosmedicine.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pmed.1001090

Et quelle source ! PLoS Medicine est un journal scientifique de référence.
Pour en savoir d'avantage, notamment en ce qui concerne son Impact Factor et son indexation, lire ceci : http://fr.wikipedia.org/wiki/PLoS_Medicine

Concernant le vin et les femmes, il est un point que nous devons éclaircir.
Chacun sait que nous sommes ici grand amateurs de sagesses bi-millinaires.
Nous aimons, par exemple et parmi d'autres, à citer Hippocrate ("Le vin est chose merveilleusement approprié à l'homme...") ou la Torah ("Le bon vin réjouit le coeur de l'homme").
Mais on trouve dans ce dernier ouvrage une phrase souvent produite et qu'il faut rétablir dans son contexte. Il est dit que la femme ne doit boire "ni vin ni liqueur" ni même rien manger "de tout ce qui sort de la vigne à vin".
Mais attention ! Cette phrase ne s'adresse qu'à une femme, celle de Manoah, la future mère de Samson, laquelle se trouve dans une situation particulière...

Voir chapitre 13 : http://nachouraqui.tripod.com/id76.htm

Et puisque nous parlons de bi-millénaire, il ne serait peut-être pas mauvais que nos successeurs, dans une vingtaine d'années, suggèrent aux églises chrétiennes de se préparer à célébrer celui des noces de Cana : http://fr.wikipedia.org/wiki/Noces_de_Cana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de protection *