C’est mal ?

C'est mal de mettre en garde contre la consommation excessive ?Campagne d'information : "Le vin. Je l'aime, je le respecte."

2 verres maximum pour les femmes.
3 pour les hommes.
4 en une occasion exceptionnelle.
0 un jour par semaine.
En tout cas, bien que très souvent grassement payés pour sauvegarder la santé des citoyens,  les œnophobistes ne le font pas.
Et quand une vaillante association comme Vin & Société s'y attelle(http://2340.vinetsociete.fr/sites/default/files/CP%20National_campagne-reperes_Vin_et_Societe.pdf), quel scandale !
Alors que la structure "Entreprise et Prévention" le fait depuis des années :  http://2340.fr... et qu'on a jamais enregistré un tel volume de réactions.
Il faut dire que dans cette organisation siègent la plupart des productions d'autres boissons alcoolisées comme surtout la Fédération Française des Spiritueux, actuellement présidée par Mme Hénin-Badoinot (Bacardi) : http://2340.fr/qui-sommes-nous/.
Laquelle partage avec les ci-dessus cités œnophobistes l'objectif affiché de faire exploser la fiscalité sur le vin.
Et cela depuis bien longtemps puisque son ancien président disait déjà en 2010 que la FFS le demandait «depuis plusieurs années». Lire la dernière phrase de ce communiqué : CLICK (PDF).
Mais dans le cas présent, c'est différent : quelle polémique !
Un déchaînement.
On trouvera ici une trentaine d'articles émanant de la presse écrite (toutes opinions confondues) : CLICK.

Et une émission de radio particulièrement pénible à écouter pour les amis du vin

On notera le refus de répondre à la question posée par une auditeur et portant sur les dangerosités comparées du vin et d'un certain soda bien connu (6° minute).
Et aussi la définition extrémiste de l'alcoolisme exprimée auparavant...

Bon... il faut quand même aussi penser à compenser !
Et lire l'excellente réponse de Vin & Société :  http://2340.vinetsociete.fr/sites/default/files/CP%20National_campagne-reperes_Vin_et_Societe.pdf.

Résultat de recherche d'images pour "demi verre de vin"Quant à nous, nous allons continuer notre campagne contre toute consommation inférieure à l'optimum (cf. notre article "Maxima et optima").
Pour une raison évidente : c'est la grande majorité de nos concitoyens qui est affectée par ce mal qu'est la sous-consommation quotidienne.
Et de cela, c'est la cocacollabosphère qui est responsable.

Et bien sûr, corrélativement, on ne peut que continuer à constater la progression constante et dramatique de l'épidémie de diabésité :  http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/diabete/articles/5873-diabesite-obesite-diabete.htm...

Le vin. Je l'aime, je le respecte.

.

 

Resquille perfide (3)

Nous avons un certain nombre d'arguments pour défendre notre point de vue (voir notre article précédent).

Voici les 2 principaux :
.
  1) Nous réclamons depuis le début que l'inscription au Patrimoine Culturel et Gastronomique Protégé de la France soit prioritairement réservé aux produits bimillénairement présents sur notre territoire national.
Comme le foie-gras et comme le vin.
.
fromage france
Et comme d'autres également : par exemple le fromage, dont il existe un très grand nombre de variétés en France et il faudrait, à notre sens, que le cas soit rapidement traité.
.
 À noter : selon l'acception actuelle de la bière, le houblon, lequel n'est utilisé que depuis le Moyen-Âge, est un des ingrédients principaux de ce breuvage. La phase d'ébullition est d'ailleurs nommée "houblonage" par les spécialistes.
D'ailleurs, le mot "bière" (du néerlandais bier) n'est utilisé en France que depuis le XV° siècle.
;
  2) Les spiritueux consommés dans notre pays sont essentiellement d'origine étrangère comme, par exemple, la vodka, la tequila... ou le whisky écossais, sachant que que les français sont les premiers consommateurs mondiaux de ce produit !
Et qu'une bonne partie d'entre eux est distribuée par la maison Pernod-Ricard dont le directeur général affirmait naguère s'employer à tenter de produire de l'augmentation fiscale pour le vin : relire notre article "Au Sénat, intervention anisée" (1° partie).
 À noter qu'il existe désormais de nombreux whiskies fabriqués en France :
 Et aussi des vodkas :
Question : ces boissons seront-elles considérés comme partie intégrante de notre patrimoine culturel et gastronomique ?
  À noter également que la plus ancienne eau-de-vie fabriquée en France n'existe que depuis le XIV° siècle.
.
Information de dernière heure :
MM. Kléber Mesquida et Frédéric Roig ont déposé un amendement (actuellement examiné par les services de l'Assemblée Nationale) dont les défenseurs du vin doivent très vivement remercier ces 2 députés de l'Hérault... un département historiquement en pointe dans le combat, ce qui peut peut-être s'expliquer par une probabilité historique : c'est sans doute son territoire que s'est effectuée la première vinification de l'histoire de notre pays ! http://www.maxisciences.com/vin/il-y-a-2-500-ans-les-francais-fabriquaient-deja-leur-propre-vin_art29736.html.
.
                                                (À suivre)
.
.
 

Parallèles

IDÉE DÉFENDUE
Les attaques prohibitionnistes nuisent au bon équilibre de notre balance commerciale.
.
DÉVELOPPEMENT

Bien sûr, on va nous dire que ça n'a rien à voir et que de toutes les explications possibles seule celle à laquelle nous pensons est à exclure.

Il n'empêche qu'on a quand même le droit de rapprocher des faits et d'établir certains parallèles.

 .
En 2009,  comme s'en souviennent nos lecteurs, une attaque médiatique particulièrement violente avait été organisée contre le vin.
 Elle s'appuyait sur une brochure co-signée par 4 personnes : Mmes Latino-Martel, Druesne-Peccollo, Barrandon et Ancellin.
 Tant dans le corps de la dite brochure qu'au cours de la conférence de presse destinée à ce qu'elle soit connue du grand public, le vin est explicitement et particulièrement mis en cause.
Nous avons montré que cela était en lien avec 2 faits :
 - le vote de la loi de santé publique (dite Hôpitaux,Santé, Territoire).
Ce type de loi étant mises en place à rythme quinquennal (la précédente datait de 2004), la prochaine sera votée cette année.
 - la mise en place du nouveau Plan Cancer (2009-2013)... avec un an de retard puisque le précédent portait sur la période 2003-2007.
 C'est donc en 2014, cette année, que les 2 renouvellements ont été programmés.
.
2010, 2011 et 2012 seront des années relativement calmes sur le front, du moins du point de vue médiatique.
 .
 En 2013, dans cette perspective, une seconde attaque est organisée sur la base d'une étude co-signée par 4 autres personnes : Mmes Hill, Dunant, Guérin et Laplanche.
 Elle est comporte aussi une puissante campagne de presse, mais cette dernière, pas plus que le document de base, ne s'en prend spécifiquement au vin, même si le vin est la cible fiscale comme en attestent les propos de Mme Hill devant la MECSS et sur Internet.
 Cependant beaucoup de photographies illustrant les articles sont irritantes pour les vignerons...
 Bref, 2013 est moins grave que 2009.
 .
En 2009, après des années de progression satisfaisantes, de manière à peu prés équivalente, les exportations de vins et de spiritueux s'effondrent littéralement. Relire notre fiche "Exportations : 2009 atypique".
 .
Sans que la structuration de l'offre ait fondamentalement changé, 2010, 2011 et 2012 seront des années de forte progression de nos exportations de vin et spiritueux.
.
En 2013, nouveau décrochage, du moins en volume, mais il est moins violent et touche nettement plus les spiritueux.
 On l'expliquera essentiellement par une rétractation de la demande en Chine, avec une baisse générale des importations de vin.
Mais il faut noter que dans ce pays, si les achats de vins français ont chuté de de 12,5%, l'Italie, à l'inverse, a vu ses ventes augmenter de 9% et celles du Chili gagner 13%.
 Mais l'Italie et le Chili sont des pays où l'on ne paye pas des gens pour dénigrer la production nationale.
«En pensant pas que les autres peuvent entendre» : relire notre article "Conférence de presse présidentielle".
.
QUESTION
"Spontanément", un nouveau et désagréable "carré de dames" fera-t-il son apparition à l'issue de la présente période quinquennale, en 2019 ?
 Ou peut-être même avant ?
.
.