Du lourd ! (1 bis)

Addendum à notre article "Du lourd ! (1)"  

Résultat de recherche d'images pour "panique"Panique à bord ?

Lorsque nous préparions notre article  "Du lourd ! (1)", nous avons vainement cherché sur le site de l'OFDT le rapport dont étaient issus les chiffres hallucinants dont nous fîmes état.  C'était le 26/01 et à cette recherche, nous avons consacré un temps certain. N'ayant rien trouvé, nous nous sommes rabattus sur la note de synthèse parue en septembre 2015 qui était, elle, disponible : http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eisxpkv9.pdf.
Et qui figurait en 11º position sur la page indiquant les publications de cet office avant les fêtes. La dernière (du moins à ce moment là), s'intitulait "Alcool, tabac et cannabis en 2014, durant les « années collège » ".
Trois jours plus tard, donc le 30/01, un de nos fidèles lecteurs nous demande pourquoi nous n'avons pas utilisé le rapport intégral dans l'article du 27/02 alors qu'il figure sur la page de l'OFDT.
Nous y retournons et là (incroyable mais vrai !) nous nous rendons effectivement compte que la dernière publication mentionnée, toujours pour l'année 2015, est à présent le rapport "Le coût social des drogues en France, Rapport, décembre 2015" :  http://www.ofdt.fr/publications/date-de-parution/publications-ofdt-parues-en-2015/. Ce qui pourrait bien vouloir dire que notre article a déclenché cette modification.
Pourquoi ?
Tout simplement pour réduire la durée "officielle" constatable entre le moment où ont été portés à la connaissance du public la synthèse et le rapport.
Dans quel but ?
Nous en parlerons bientôt.

Des preuves ?
Malheureusement nous n'avions pas prévu le coup et n'avons pas pensé à réaliser avant le 27/12 une copie d'écran de la page.
Mais nous pouvons montrer que :
1°) Le rapport "Le coût social des drogues en France" ne figure toujours pas dans les 2 "lettres actu" de décembre 2015 :
- 03/12 : http://ofdt.systalium.eu/lettre/?lettre=48&contact=3486,
- et 22/12 : http://ofdt.systalium.eu/lettre/?lettre=49&contact=3486.
Ni même au 20 janvier 2016 : http://ofdt.systalium.eu/lettre/?lettre=50&contact=3486 ! Alors que la synthèse datée du 10 septembre 2015 a été signalée dans la "lettre actu" du même mois : http://ofdt.systalium.eu/lettre/?lettre=41&contact=1114...
2°) À ce jour, le rapport n'est toujours pas non plus mentionné dans le flux RSS :  http://www.ofdt.fr/rss/154.

Un peu de manque de coordination due à une certaine fébrilité, peut-être ?
Résultat de recherche d'images pour "sérénité"En tout cas, en ce qui nous concerne, c'est en toute sérénité que cette fois-ci nous avons sauvegardé ces documents... (À suivre)

 

Les gars… (suite)

 Et les mecs de la MILDT dont le logo figure sur votre page d'accueil : http://www.croixbleue.fr/ ?
Ils ne vous ont rien dit ? Pas sympas de ne pas vous mettre dans le coup !
 De vous laisser vous ringardiser en quelque sorte...
 Pourtant leur dernière parution renvoie à la dernière édition de "Drogues, chiffres clés" de l'OFDT (Juin 2013).
 Or l'OFDT, lui, il y a un moment qu'il a "réactualisé".
Et sous la responsabilité de Mr Jougla, encore !
.
 Ne suivez pas le mauvais exemple, soyez bon camarades : AlcoWeb est aussi sur votre page d'accueil et ces gens se plantent également.
 Moins que vous, quand même.
En effet, ils sont restés eux, sur leur page "Chiffres clés sur l'alcool" à 45 000 décès annuels, or ce chiffre aussi est à présent dépassé : il provient de l'étude publiée par Mme Hill en 2000 et qui portait sur des observations finalisées en 1995.
 De 2 choses l'une :
- soit à AlcooWeb ils ignorent que la consommation d'alcool depuis 1995 n'a pas augmenté mais bien diminué.
- soit ils ne connaissent pas le "principe de Hill" selon lequel évolution de la consommation et nombre de décès attribuable à l'alcool sont désormais inversement proportionnels.
.
 Faites comme nous qui sommes désireux de rendre service.
C'est ce que nous allons tâcher de faire à votre égard.
 Par exemple en vous signalant que le nombre de décès ayant été en France de 548 541 au cours de l'année 2009 (source INSEE), le chiffre de 20 000 ne peut en aucun cas représenter 13% de la mortalité en France comme vous le dites encore pour le moment : http://www.croixbleue.fr/spip.php?article38.
 Tout au plus 3,7 %.
.
Autre exemple : dire que les cancers de la bouche sont à 70% attribuables à l'alcool, sachant qu'il existe d'autres causes comme la mauvaise hygiène bucco-dentaire ou l'infection par papillomavirus, c'est sans nul doute une nouvelle qui comblera d'aise buralistes et cigarettiers... mais c'est une proximité qui pourrait vous donner mauvaise réputation !
.
 Ne parlons pas des décès par accidents de la route, puisque le résultat de la "correction" a, semble-t-il, effrayé jusqu'aux "correcteurs" eux-mêmes !
 Et encore, Mmes Hill & C° ne se sont pas attaquées à cette question !
Sans quoi nous en serions à peu prés à 180% de ces décès attribuables à l'alcool !
.
                                                                          (À suivre)
.
.

 

Retouches et propagande (suite)

Il nous arrive de nous demander si les zélés responsables des diverses "mises à jour" sont bien conscients que nous sommes tout à fait capables de sauvegarder les documents tels qu'ils se présentaient avant leurs basses œuvres de censure et d'uniformisation.

 C'est pourtant bien le cas, et cela ne concerne pas seulement les documents qui sont à l'origine de cette série intitulée "Stalinienne" (voir notre article publié hier).
.
  Par exemple, nous avons celui-ci (Click) qui nous dit que le nombre se décès attribuables à l'alcool a été de 30 000 pour l'année 2007.
 D'autres éditions du même "Drogues, chiffres clés" de l'OFDT nous ont donné 33 000 pour 2006 et 37 000 pour la période antérieure (autour de 2003).
 Soit un baisse d'environ 9% par an.
.
 Mais désormais c'est terminé : le dogme intangible des 49 000 s'impose envers quiconque, dans la sphère concernée, est capable de reconnaître une carotte d'un bâton !
.
 Entendons nous bien : si nous jugeons fort regrettable que les travaux Mr Jougla (ou d'autres) soient "effacés de la photo", c'est par pure compassion.
 Cela ne signifie nullement que nous en faisons nôtres les conclusions : voir à ce sujet notre fiche "Ajustements loufoques".
.
                                                                                         (À suivre)
.
.
 

Retouches et propagande

 On se croirait revenu à l'ère stalinienne,au temps où étaient retouchées les photos officielles pour en faire disparaître les dignitaires tombés en disgrâce : exemple.
 C'était aussi le temps où un certain Adolf Hitler mettait en pratique un principe essentiel de sa propagande, principe qu'il indiquait ainsi doctement à son entourage : «Un mensonge répété dix fois reste un mensonge; répété dix mille fois il devient une vérité.»
.
 Nous avions montré le 29 mai dernier (voir notre article "Ignominieux") comment une publication de l'Observatoire Français des Drogues et Toxicomanie (responsable indiqué, Mr Éric Jougla, INSERM-CépiDc)  avait été modifiée un mois après notre article du 19 mars, article en lequel nous mettions en évidence la contradiction qui existait entre les chiffres indiqués par cet observatoire (33000 décès attribuables à l'alcool en 2006) et ceux de Mmes Hill & C°, soit 49000.
 Cette modification consistant, bien entendu, en un alignement pur et simple sur la version la plus alarmante.
.
 Nous avions alors souligné qu'un autre document du même OFDT continuait à mentionner le chiffre de 33000, en accord avec l'étude que Mr Jougla, avec MM Rey et Boniol, avait publié en mars 2010.
.
 Eh bien quelques jours après, ce second document était lui-même également modifié !
Voir 1° paragraphe du chapitre "Résultats", sous-chapitre "Mortalité attribuable à l'alcool" : Click.
.
 Comme quoi, nos articles sont lus !
                                                                   (À suivre)
.
.
 

Ignominieux !

À nos lecteurs :
 nous sommes désolés d'interrompre la série en coursmais ce que nous venons de découvrir grâce à un bénévole vigilant nous semble nécessiter une réaction immédiate.
.
.
Ce que nous avons découvert :
;.
Dès le 19 mars dernier, nous mettions en lumière les divergences existantes entre les conclusions de Mme Hill (49000 décès causés par l'alcool en 2009) et celle de Mr Jougla telles qu'elles apparaissaient dans une publication de l'Office Français des Drogues et Toxicomanies.

Nous disions notamment ceci :

1) ce n’est pas sans une certaine réticence ni sans une certaine ambiguïté que Mr JOUGLA et son équipe valident les conclusions de Mme HILL concernant les «40 000 et 45 000 décès par an dans la dernière moitié des années 1990».
2) ensuite qu’«une actualisation des modalités de calcul a permis de ré-estimer ce chiffre à 37 000 en 2002 et une autre à 30 000 en 2007».
 Plus bas nous aurons 33 000 décès attribuables à l’alcool pour 2006.
Une dégressivité constante et relativement rapide (3;8 % par an en moyenne).
Plus rapide en tout cas que que la dégressivité de la consommation d’alcool selon l’INSEE.
.
 Le lecteur peut se reporter à notre article, mais il aura une surprise s'il clique sur le lien permettant de consulter la publication de l'OFDT : http://www.ofdt.fr/BDD_len/Bd_stats/76_Doc.xhtml.
.
 En effet, en lieu et place des propos ci-dessus retranscrits, il trouvera ceci (voir ante-pénultième chapitre : "Observations") :
«L’estimation du nombre total de décès liés à la consommation d’alcool repose sur le calcul de fractions attribuables pour différentes pathologies. Des coefficients de ce type ont été calculés dans les années 1980 et conduisaient à un total situé entre 40 000 et 45 000 décès par an dans la dernière moitié des années 1990 (Hill, 2000). Une actualisation des modalités de calcul a permis de ré-estimer ce chiffre à 49 000 en 2009.»
.
Constatations :
 Ce qui ne change pas, c'est :
.
1) que le document a prétendument été l'objet d'une «Dernière mise à jour (en) octobre 2009». (Voir tout à fait à la fin).
 Curieux quand même quand il est aisément constatable que la dernière étude de Mmes Hill & C°, celle qui date de mars 2013 et qui a fait tant de bruit dans la presse, est portée dans la bibliographie (4° chapitre "Diffusion").
En réalité, si, au moyen du "clic droit", on clique sur le document et qu'on re-clique (clic gauche) sur "Afficher le code source de la page", on se rend compte en se reportant à la ligne 400 que le document a été "actualisé" en... avril 2013.
 Soit à peu près un mois après notre article du 19 mars !
Extraordinaire concours de circonstances !
.
2) a priori, c'est toujours Mr Éric Jougla - INSERM CépiDc qui est Responsable de cette publication (voir 1° chapitre : "Organisation - Financement")...
Mais est-il seulement au courant de cette dernière... "mise à jour" ?
.
 Si c'est le cas, il va falloir qu'il nous explique pourquoi cette autre publication de l'OFDT non "réactualisée" déclare que «le nombre de décès attribuable à l'alcool, tous âges confondus, atteint 33000 en 2006, dont 78 % de décès masculins».
 Et cela en citant l'étude qu'il a publiée, avec Mrs Rey et Boniol, en mars 2010 :
.
Questions-réponses :
 Que dire encore de cette ignominie ?
Beaucoup de choses et nous le ferons dans les prochains jours.
 Nous poserons beaucoup de questions mais il en est une que nous ne nous posons pas, c'est celle de savoir dans quelle stratégie manipulatoire cela s'inscrit.
.
 Que faire à l'égard de ce que nous jugeons être, en quelque sorte, une falsification de circonstance ?
Nous allons y réfléchir mais dans l'immédiat, si les véritables auteurs de cette "mise à jour", compte tenu de la gravité des termes que nous employons veulent nous attaquer en diffamation, nous leur préconisons d'entrer en contact avec nous à cette adresse : honneurduvin@gmail.com.
 Dès que nous connaîtrons leur identité et leurs coordonnées, nous nous ferons un plaisir, afin de leur faciliter la tâche, de leur communiquer celles du président de notre association et de l'auteur de ces lignes... peut-être même par l'intermédiaire de notre avocat.
.
                                                                                                              (À suivre)
.
.
Note de bas de page : 
.
[1] Les chiffres donnés par Mr Jougla et son équipe nous semblent pouvoir être utilisés dans le sens de la défense du vin : voir notre article C.Q.F.D du 15 avril dernier... date qui laisse supposer que la "mise à jour" ci-dessus évoquée lui a été postérieure.
  Mais cela ne vaut pas validation car ces chiffres nous les jugeons encore beaucoup trop élevés à la lumière de ceux de l'OMS et du CépiDC :  voir notre fiche "45 000 ?" du 09/02 dernier.
 Une fiche qui s'avère désormais devoir être... mise à jour !
.
.
.

.
.