Salon

 Une question très importante se pose à la veille du Salon de l'Agriculture qui sera inauguré après-demain par François Hollande : http://www.elysee.fr/communiques-de-presse/article/salon-international-de-l-agriculture/.
 Comment le Président de la République Française va-t-il se comporter au pavillon des vins ?
 Quel degré de contact physique avec «le monarque des liquides» (selon Brillat-Savarin) ?
.
 L'année dernière il n'avait pas hésité à «lever le coude» selon certains journalistes.
Voir fin de l'avant-dernier chapitre :
 ..
 "Mais ça... c'était avant" ! Depuis il semble y avoir du nouveau : voir notre article "Converti ?".
Il faut donc, pour parer à toute éventualité, reformuler ainsi la question initiale :
comment le Président de la République Française va-t-il se comporter au pavillon des vins, s'il n'évite pas de s'y rendre ?
 .
 En tout cas nous commenterons cette attitude tout comme nous commenterons plus en détail ce grave revers pour le camp du vin que fut avant-hier la parution au Journal Officiel du décret supprimant le Conseil de Modération et Prévention : Click.
 Raison pour laquelle cette 8° semaine de l'année 2014 est déjà à marquer d'une pierre noire.
.
Sera-t-elle la seule ?
.
.
.
 

Converti ?

 Notre président de la République, peut-être désireux de ressembler à son prédécesseur, s'est-il converti à l'abstinence ?
Jusqu'à éviter le moindre contact avec le vin ?

 Jusqu'à en être insincère et... carrément incorrect ?

Voir ceci de 6mn 40sec à 7mn'12sec :
 Les plus superstitieux se poseront une autre question : nos relations avec la 1° puissance mondiale se trouvent-elles vraiment sous de bons auspices alors que le chef de l'Etat français se refuse à boire ne fût-ce qu'une goutte «à l'amitié franco-américaine» ?
 .
 Ce n'est pas la première fois qu'une telle attitude de sa part est observable lors de visites présidentielles à l'étranger et cette conversion semble dater d'avant la fin de l'année dernière.
 Voir cette scène qui se passe au Brésil en décembre dernier (de 2mn 30sec à la fin) et qui semble aussi procéder du fameux "zèle des convertis" (sans prosélytisme toutefois) :
 .
 Nous parlons de conversion car nous nous souvenons que lors de la dernière campagne électorale présidentielle, François Hollande s'exprimait très positivement à l'égard du vin, narrant sa propre première expérience : http://malolactik.com/2011/09/30/exclusif-malolactik-francois-hollande-donne-sa-vision-du-vin-en-france-nous-avons-un-potentiel-de-developpement-considerable/.
 Et parce qu'il y a peu de mois encore, il soutenait par le geste «la 2° activité exportatrice de notre pays» (la première non délocalisable). Voir cette image :  http://www.cequivavraimentsaoulerlesfrancais.fr/vin/assets/img/cequivavraimentsaoulerlesfrancais-campagneinterpellation-hollande.jpg.
 .
 Or qu'avons observer à l'occasion du voyage du Président de la République aux USA ?
Que parmi les 40 chefs d'entreprise qui avait été invités à l'accompagner, aucun représentant de la filière viti-vinicole ne figurait !
 Pas plus que le ministre de l'Agriculture ne faisait partie des membres du gouvernement qui étaient du voyage...
 .
 Mais la promotion du produit le plus emblématique de notre pays a quand même été assurée puisqu'au cours du dîner d’État, «Barack Obama a salué la France lors des toasts, citant notamment Alexis de Tocqueville et saluant les produits français comme "les films, la nourriture, le vin... surtout le vin"» : Click (3°§).
.
 Pour nos exportations, pour l’œnotourisme en France, pour la valorisation de notre patrimoine culturel et gastronomique : merci monsieur le Président... des États Unis d'Amérique !
.
.
 

Conférence de presse présidentielle

Mardi dernier, comme désormais tous les 6 mois, le président de la République donnait une conférence de presse.

 Celle ci semblait très attendue pour diverses raisons que nous ne commenterons pas...
Et elle a été très commentée le lendemain dans les médias.
.
 Un passage nous a particulièrement interpellé. Il est court.
C'est celui où M. François Hollande dit :
«Pourquoi est-ce qu'il y a ce dénigrement de nous même ?
Peut-être parce que ça fait partie de la tradition française : on est à la fois très orgueilleux et en même temps on aime bien dire du mal de nous.
 En pensant pas que les autres peuvent entendre.
Mais ils écoutent tout maintenant.»
À écouter de 51mn 42 sec à 51mn 58sec :
.
Cela a paru beaucoup amuser l'assistance et notamment Mme Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé.
.
 Mais nous osons une question : est-ce que le dénigrement de nous même ne commence pas avec celui de nos productions.
 Et notamment celles qui font le prestige de notre pays dans le monde entier ?
Et en particulier du vin ?
.
 Et si l'on en convient, pourquoi, de manière directe ou indirecte, paie-t-on un certain nombre d'individus qui s'adonnent en permanence à cette sinistre occupation ?
  A-t-on pensé au moins à solliciter les pays concurrents de la France afin qu'ils participent à ce financement ?
Ce ne serait que justice !
 Et le budget de l'état aurait tout à y gagner : c'est pas une proposition pragmatique, ça ?
.
Et s'ils se faisaient tirer un peu l'oreille, ces dits pays, il suffirait de leur rappeler l'exemple de 2009, année d'attaque historique contre le vin dans notre pays et, consécutivement, de décrochage sur les marchés internationaux.
 Voir notre fiche : "Exportations : 2009 atypique".
.
 Au fait ! Tant qu'on y est, il faudrait leur demander d'aider le Sénat à assurer les émoluments de son président, M. Jean-Pierre Bel.
 Pourquoi ?
Parce c'est à ce second personnage de l’État que l'on doit la nomination de M. Bernard Maris au prestigieux Conseil Général de la Banque de France :  http://www.senat.fr/presse/cp20111223.html.
 Et alors ?
Alors, c'est bien Mr Maris qui déclarait récemment à la télévision, à une heure de grande écoute et dans le cadre d'une émission très prisée qu'«en terme de santé, les vins français sont les plus mauvais d'Europe» !
.
Sans doute «en pensant pas que les autres peuvent entendre»...
.
 Est-il prévu de créer un "Prix du dénigrement français" (PDF) ?
Parce que si tel était le cas nous avons des noms de candidats à proposer...
.
.