En cohérence ?

Les propositions de Marisol Touraine seront-elles en cohérence avec ses propos ? Si oui, se serait une bonne chose !
 La ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des Femmes s'expliquait récemment concernant le gel des retraites et le justifiait ainsi : «Il n'y a pas beaucoup d'inflation et donc les règles que nous appliquons chaque année de la même manière pour revaloriser les retraites aboutissent à ce que cette revalorisation soit égale à 0» : http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0RD4K920140912.
 En gros, ce gel ne se traduira pas par une diminution du pouvoir d'achat des retraités, ou alors une diminution extrêmement modérée...
Cela s'était au titre des Affaires Sociales.
.
Au titre de la Santé, donc, il serait logique que la même Mme Touraine s'abstienne à l'automne de proposer, à l'occasion des divers projets de loi qu'elle soumettra au Parlement, des mesures qui contribueraient à pénaliser le pouvoir d'achat des retraités.
 Rappelons que c'est dans les rangs de ceux que la SNCF appelle les "seniors" que l'on trouve le plus de consommateurs réguliers et modérés du "divin breuvage" : voir ICI, page 33, tableau de gauche.
alt=Description de cette image, également commentée ci-après
 Un mode de consommation dans cette tranche de population dont aucun des pires hygiénistes que nous ayons eu à combattre n'a jamais contestée l'intérêt du point de vue sanitaire.
«Le vin est le lait des vieillards» disait Platon.
.
Nota Bene :
 1) Le mot "vieillard" peut choquer certains de nos lecteurs, mais il faut savoir que dans la Grèce Antique étaient considérés comme tels tous ceux qui n'étaient plus susceptibles d'être réquisitionnés au service de la cité, c'est à dire au delà de 60 ans...
alt=Description de cette image, également commentée ci-aprèscomme Socrate, par exemple, le maître de Platon au moment où ce dernier recueillait ses paroles... au cours de banquets (συμπόσιον / sumpósion - symposium en latin- traditionnellement traduit par «banquets», plus littéralement « réunion de buveurs») où le vin était présent en raison des ses vertus psychoactives.
Lire notre mini-dossier "Psychoactivité positive".
 C'est dans ces conditions que Platon écrivit un de ses ouvrages majeur : La République.
 République (un mot qui devrait parler à Mme Touraine) et vin sont donc indissociablement liés depuis l'Antiquité.
 2) Il faut savoir que le pouvoir d'achat des retraités -comme celui des autres français- sera déjà affecté par l'augmentation de la fiscalité sur les carburants, jusqu'à 4c/l pour les moteurs diesel en comptant la taxe carbonne : http://www.lesechos.fr/economie-france/budget-fiscalite/0203771019776-une-hausse-de-2-centimes-du-gazole-pour-compenser-lecotaxe-1041898.php.
Image illustrative de l'article Jean-Marie Le Guen
 3) À l'inverse des propos de Mme Touraine, M. Jean-Marie Le Guen (que nous connaissons bien ici ) annonçait hier un coup de pouce pour les petites retraites. Il semblerait qu'il n'était pas autorisé à le faire : http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0203773935754-un-coup-de-pouce-en-prevision-pour-les-petites-retraites-1042189.php.
.
ALERTÉS
 Ce soir doit être diffusé sur France 3 un documentaire intitulé «Vino business».
 Évidemment, nous ne saurions préjuger de son contenu, mais plusieurs de nos militants nous ont alertés et invités à visionner la bande-annonce formée de courts extraits sortis de leurs contextes.
 Laquelle, passant depuis plusieurs jours sur différentes chaînes du service public, a été vue par des millions de téléspectateurs, souvent plusieurs fois.
 À notre avis, elle peut-être considérée comme inaugurant une nouvelle forme de conditionnement des esprits.
 Bien écouter surtout la phrase prononcée à la 32° seconde, celle qui reste le plus imprimée dans les esprits après images préparatrices :  https://www.youtube.com/watch?v=mkzPyOx4zsc !  
.
.

 

 

Intermède d’actualité

 En préambule à cet article, nous jugeons utile de rappeler que notre association comprend des membres de toutes sensibilités et que nous nous refusons à prendre collectivement position dans tous débats politiques.
 Notamment, en l'occurrence, dans celui qui peut opposer souverainistes et pro-européens.
.
 Mais nous ne pouvons faire abstraction du fait que notre attention a été attirée ce week-end par l'entretien que Mr Olli Rehn, commissaire de l'UE aux affaires économiques, a accordé au JDD : http://www.lejdd.fr/Economie/Actualite/Le-commissaire-europeen-Olli-Rehn-Les-hausses-d-impots-en-France-ont-atteint-un-seuil-fatidique-625533.
 Et en particulier par une phrase.
Celle-ci : «Lever de nouvelles taxes aurait pour effet de casser la croissance et de peser sur l'emploi».

Elle nous semble incomplète : à notre avis, Mr Rehn aurait dû .ajouter qu'à terme le bénéfice fiscal n'est pas forcément assuré.
.
Prenons en effet l'exemple de la bière, violemment sur-taxée l'année dernière.
 Résultat ?
Une très forte chute de la consommation et donc des recettes :
 Et si l'on tient compte des difficultés que cela entraîne pour les entreprises, pour leurs fournisseurs et sous-traitants éventuels, des coûts sociaux engendrés par perte d'emploi, etc... peut-on réellement dire que l'opération a été financièrement positive ?
.
 Ce qui vaut pour la bière, bien sûr, vaudrait bien d'avantage pour le vin à tous points de vues.
Plus quelques aspects spécifiques comme, par exemple, la dégradation irrémédiables de certains paysages par abandon de culture.
 On nous rétorquera que la consommation, depuis la bière, c'est sans doute déplacée vers d'autres boissons qui sont aussi fiscalisées telles que les sodas.
 Sauf que ce transfert n'a probablement été que partiel et que la compensation n'est que relative puisque les boissons sucrées sont assujetties à une TVA bien moindre.
 Cela, d'ailleurs, d'une manière complètement incompréhensible car nous avons maintes fois démontré ici, études internationales à l'appui, que la dangerosité des boissons sucrées était bien supérieure à celle des boissons alcoolisées... ne serait-ce que parce que toute la population est concernée, y compris les enfants.
.
 De fait, il est aisé de constater qu'au fur et à mesure où les sodas se substituent au vin sur la table des français, et cela depuis des décennies, le déficit de la Sécurité Sociale s'aggrave.
 «Rien à voir», nous dira-t-on sans doute avant de nous inviter à circuler.
Qui ne veut voir ne voit rien, ça c'est sûr !
 Tout comme il est certain que les champs de vision sont rétrécis par le port d'œillères... sponsorisées ?
.
 Enfin, rappelons qu'en matière d'alcool, lorsque les contraintes (fiscales ou autres) apportées à la consommation dépassent une certaine limite, l'histoire de la prohibition aux USA nous le démontre, une alternative à l'achat a tendance à se mettre en place, outre les achats trans-frontaliers, c'est la fabrication "maison" :
.
 Et là, anéantissement des recettes fiscales + dangerosité incontrôlable = BRAVO !
.
.
.
 

Nelson (1)

 Depuis que le travail de vigilance de notre réseau s'exerce, nous avons pu déterminer qu'un grand nombre de médias avaient pris le parti de donner un écho particulier aux quelques études stigmatisant la consommation de vin.
 Même si ces dernières sont minoritaires, voire marginales, au sein du groupe de celles, tous les ans très nombreuses, qui sont consacrées à ce sujet : Lire.
 Ces médias sont souvent les mêmes (un hasard ?) qui ne crachent pas sur les réclames malbouffisantes.
Et notamment celles qui concernent la malbouffe liquide qui tous les jours un peu plus, depuis 60 ans, s'empare de la place du vin sur la table des français et ne compte absolument pas s'arrêter en si bon chemin : http://observatoiredelapublicite.fr/2013/01/31/coca-cola-depenses-publicitaires-en-2012/.
.
  À la fin du moi de mars dernier, nous nous trouvions entre le moment où était parue l'étude co-signée par Mme Hill et celui où cette même dame se déplaçait devant la MECSS afin de préconiser un accroissement substantiel de la fiscalité appliquée au vin (voir notre article du 24/04/2013).
 Ce fut le moment fort opportunément choisi par le mensuel "Science et vie" pour publier un numéro spécial, lequel en sa page 150 (rubrique "Bon à savoir"), comportait un entrefilet intitulé «Même à faible dose, l'alcool est dangereux» [1].
.
 Entrefilet illustré par une photographie occupant plus d'espace que le texte.
 Photo représentant un verre en cours d'être empli de vin rouge.
Texte en lequel il était possible de lire notamment ces propos : «Malgré les bénéfices cardio-vasculaires associés à une faible consommation, un verre de vin quotidien augmente de 25 à 35% le risque de cancer mortel. Risque qui atteint 54% en cas de forte consommation d'alcool, soit au moins 3 verres par jour.
 Il n'existerait donc pas de niveau sain de consommation».
.
 Un seul verre ! On se croirait revenu au temps ou Mme Latino-Martel et MM Houssin & Marraninchi exerçaient leurs talents conjointement : Click.
.
  Nous avons consulté l'étude à laquelle il était fait écho (publiée dans l'American Journal of Public Health en février dernier, co-signé par 10 personnes, première signature : David E. Nelson).
 Et nous avons quelques remarques à faire concernant cette interprétation.
.
                                                                                                   (À suivre)
.
.
[1]- Nous sommes en possession de ce document que nous avons sauvegardé sous différentes formes.
Malheureusement, nous n'avons pas l'autorisation de le diffuser.
.
.