ALERTE À BRUXELLES !

commission_europe_batiment

 Nous ne sommes pas encore tout à fait sorti de la bagarre qui nous a fort occupé depuis depuis plus de deux semaines au plan national et c'est à présent de l'Union Européenne que provient un nouveau danger pour un élément historiquement constitutif de l'Europe et de sa spécificité collective !

Voir notre mini-fiche "L'Europe".

En effet, très récemment, la présidence lettone a mis à l’ordre du jour du conseil informel santé une discussion sur la stratégie alcool de l’UE.
Semble-t-il à la demande des États membres : CLICK (PDF).

Les lecteurs anglophones pourront voir aussi dans ce document que le débat est introduit "à charge" : CLICK (PDF).

Tout se passe vraiment comme si, les œnophobes patentés, constatant la détermination et le "savoir-faire" de l'œno-résistance française, lassés d'échouer à Paris dans la mise en œuvre de leurs funestes projets, avaient décidé de "faire le tour par Bruxelles".

On peut essentiellement mettre en évidence 2 dangers principaux indiqués dans le document produit plus haut :
;;  1) restrictions à l'accès et à la communication allant au delà même des dispositions découlant de la loi Êvin sur-interprètée telles que nous les connaissons en France.
;; 2) "minimum unity pricing", variante écossaise de la taxation au degré qui multiplierait par environ 6,5 fois le prix minimal du vin sur la base de l'option votée par le parlement d'Edimbourg !
Ce qui compliquerait considérablement l'accès à la salutaire consommation régulière et modérée pour les les classes populaires et les milieux défavorisés.

Et, parmi les boissons alcoolisées, procurerait un avantage relatif certain aux spiritueux.
Le Scotch whisky, par exemple...

Un breuvage dont les français sont déjà les premiers consommateurs mondiaux : http://www.ladepeche.fr/article/2013/03/08/1577880-la-france-en-tete-de-la-consommation-mondiale-de-whisky-ecossais.html.
Et dont la marque leader en France appartient au groupe Pernod-Ricard... groupe dont le directeur général déclarait naguère agir résolument pour obtenir une subséquente augmentation de la fiscalité appliquée au vin : relire le début de notre article "Au Sénat, intervention anisée".

Autre document sur ce sujet, les représentants des états membres ou associés au sein du CNAPA, le Committee on National Alcohol Policy and Action : CLICK (PDF).

.

.

 

L’Europe

Communément,  l'Europe est qualifiée en tant que continent.
Au sens géographique du terme c'est faux : c'est juste l'une des extrémités du continent eurasiatique.
Ou du super-continent afro-asiatique.
Mais c'est un lieu d'exception culturelle et... alimentaire.

.
En effet, globalement,  depuis l'antiquité, aucune doctrine idéologique ne s'est opposée à ce que la majorité de ses populations consomme régulièrement des boissons alcoolisées.

C'est d'ailleurs toujours,  selon un récent rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé,  la partie de notre planète où les habitants continuent à s'adonner à cette pratique plus que dans n'importe quelle autre :
http://www.euro.who.int/fr/publications/abstracts/status-report-on-alcohol-and-health-in-35-european-countries-2013.
Conséquemment c'est là où l'on constate la plus longue espérance de vie, toujours selon l'OMS.

76 ans contre 70 pour la moyenne mondiale (laquelle comprend les données européennes) :
http://www.santemagazine.fr/actualite-oms-l-esperance-de-vie-gagne-cinq-ans-en-europe-49489.html;
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/05/16/20540-lesperance-vie-dans-monde-atteint-70-ans.
6 ans, presque 10% !
Plus d'un treizième mois par an !

 

Avec une très grande différence entre l'Europe des spiritueux et celle du vin... en faveur de celle ci, bien entendu !

.C'est aussi la région du monde où le nombre de brevets déposés par million de personnes est le plus élevé, ce dont nous pensons connaître la raison.

Voir notre fiche "Psychoactivité positive"
Cette pratique alimentaire est donc par beaucoup considérée comme constitutive de l'identité européenne.
Exemple :
http://www.academia.edu/10409441/LEurope_unie_dans_lalcool_.

.

.

.