Jonquille

Ni aux ennemis du vin, ni à leurs alliés, ni aux mercenaires qu'ils emploient nous ne sommes disposés à apporter notre aide en rien et si peu que ce soit.

Amis du "divin breuvage ", si vous désirez soutenir la recherche contre le cancer, ce à quoi nous ne pouvons que vous encourager, c'est à l'Institut Curie qu'il serait cohérent à Jonquille Curienos yeux d'adresser vos dons.
«Vous auriez pu nous y inviter quelques jours plus tôt», nous direz-vous !
Effectivement, une semaine d'animations organisée par ledit institut sous le signe de la jonquille s'est achevée avant-hier.

Mais pour notre défense nous pouvons dire :
1) qu'il n'est évidemment pas trop tard pour donner : CLICK.
2) qu'il nous a fallu quelques jours pour bien vérifier que dans le cas que nous indiquons il n'y avait toujours pas eu de récupération.
Et aussi qu'à l'institut Curie on ne préconisait pas encore aux malades du cancer de consommer tous les jours en quantité un produit que certains déclarent cancérigène :
http://www.dangersalimentaires.com/2011/04/coca-cola-une-boisson-dangereuse-et-cancerigene/.
Ce qui arrive quand même à se produire dans certains lieux où se concoctent des stratégies adverses à la cause que nous défendons : voir notre article précédent.

D'autre part, voici un bon reportage sur les journées Méditerranéennes "Vin et Nutrition" (colloque organisé à Hyères sous les auspices de la Chaire UNESCO culture et traditions du vin) : http://invinocultura.com/fr/articles/les-actualites/124/les-journees-mediterraneennes-vin-et-nutrition-a-hyeres.html.

.

 

Catastrophisme

Elle n'a pas peur des mots,  Mme Agnès Buzyn,  présidente de l'Institut National du Cancer : «Nous sommes en face d'une catastrophe sanitaire » !
http://www.liberation.fr/france/2015/11/10/loi-evin-nous-sommes-face-a-une-catastrophe-sanitaire_1412406
En face,  cela veut dire quoi ?
Que la catastrophe s'annonce, qu'elle va arriver ?

Afficher l'image d'originePourtant,  cela fait des siècles que le tabac a été importé des Amériques... et des millénaires que les Gaulois brassaient la cervoise !
À notre avis, il aurait mieux valu dire que nous baignons en pleine catastrophe sanitaire depuis des temps immémoriaux... la preuve le nombre de gens qui sont morts depuis.
Quelle hécatombe !

Elle n'a pas peur des chiffres non plus,  Mme Buzyn : «Le tabac et l'alcool, ce sont 150 000 morts par an...» : encore un grand bond quantitatif !
Prenons en effet les chiffres que donne encore sur son site l'institut même qu'elle préside.
Le tabac, 47 000 par cancer pour un total de 78 000 au total (lire le début du chapitre "LE PREMIER FACTEUR DE RISQUE DE CANCERS") : http://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Facteurs-de-risque-et-de-protection/Tabac/Faire-prendre-conscience-des-dangers-du-tabac (date de dernière mise à jour : 04/06/2015).
L'alcool, 49 000 décès dont plus de 15 000 par cancer (télécharger la brochure, 2º paragraphe,  p. 9) : http://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Brochure-grand-public-Nutrition-et-cancers-Alimentation-consommation-d-alcool-activite-physique-et-poids (juin 2015).
Addition : 78 000 + 49 000 = 127 000.
Soustraction : 150 000 - 127 000 = 23 000.
Proportion : 23 000 / 127 000 = 18% (environ).
18% en 5 mois !
3,6% par mois !
Pratiquement 2 fois l'augmentation du nombre de décès par cancer attribuable à l'alcool entre 2006 et 2009 selon une autre dame que nous connaissons bien : "Principe de Hill"  (dernière partie de l'article).
Record pulvérisé !
L'histoire s'accélère,  la pression s'intensifie !

Avertissement Même quand on n'a pas froid aux yeux et qu'on n'y va pas de main morte il faut se préparer à lever un jour le pied : penser à ne pas dépasser le nombre total de décès annuels !

Rappel à l'attention de Mme Buzyn Selon les chiffres de l'Institut de Veille Sanitaire, l'incidence de cancers a plus que doublé entre 1980 et 2012 alors que dans le même temps le nombre de consommateurs réguliers a été divisé par 3 (France Agrimer). Le cancer est devenue la première cause de mortalité prématurée en France. C'est à dire chez les moins de 65 ans, sachant que c'est en deçà de cet âge que l'on dénombre proportionnellement le moins de consommateurs réguliers. En 2010, 40% ce consommateurs réguliers chez les 65 ans et plus contre 17% en moyenne nationale. Dans le même temps, selon le CépiDc de l'INSERM, la consommation de sodas se substituant de plus en plus au vin sur la table des français, le nombre de diabètes sucrés a augmenté de 4169 unités, soit près de 63%.

62,77% exactement : nous aussi nous arrondissons parfois les chiffres, mais beaucoup moins "généreusement" que ce qu'il lui arrive de le faire !

.

 

Viande et cancer

Résultat de recherche d'images pour "circ centre international recherche cancer"Le CIRC, c'est le Centre International de Recherche sur le Cancer.
Comme son nom l'indique,  c'est un organisme international.
Mais il a son siège à Lyon.
Et Lyon, c'est en France.
Et en France,  il semble y avoir quelque chose dans l'air qui rend spécifiques les conclusions d'études et rapports qui concernent l'alimentation.
Et notamment le vin.
Par exemple, nous avons vu il y a quelque temps que pour une certaine Mme Hill,  de l'institut Gustave Roussy, à Villejuif (en région parisienne), à consommation sensiblement égale,  l'alcool provoquait 13 fois plus de décès en France qu'au Danemark pour les hommes et 5 fois plus pour les femmes, soit 9 pour la moyenne "unisexe".

Résultat de recherche d'images pour "viande rouge"Pour revenir au CIRC,  la semaine dernière, il provoquait un grand émoi dans les médias en indiquant que la consommation de viande rouge pouvait être cancerogène.
Et en insistant sur le cas des viandes transformées.
Beaucoup de commentaires rappelleront que ce fait est connu depuis longtemps, ce qui apparaît dans les propos de Stéphane Le Foll, un ministre de l'agriculture beaucoup moins hâtif à réagir lorsque les mêmes milieux s'attaquent à une certaine autre  production agricole : http://www.lepoint.fr/politique/charcuterie-et-viande-rouge-le-foll-met-en-garde-contre-la-panique-26-10-2015-1976868_20.php.
Effectivement, le rapport du World Cancer Research Fund 1997 en parlait déjà.
Et réitérait 10 ans plus tard comme on peut le lire dans les recommandations 2017 (5º recommandation) : http://www.dietandcancerreport.org/expert_report/recommendations/.

Mais avec une différence notable : quand il parle de "viandes transformées" (les plus mises en cause) le CIRC cite «les hot-dogs (saucisses de Francfort), le jambon, les saucisses, le corned-beef, les lanières de bœuf séché, de même que les viandes en conserve et les préparations et les sauces à base de viande» : (page 1, 2º question)  http://www.iarc.fr/en/media-centre/iarcnews/pdf/Monographs-Q&A_Vol114_F.pdf.
Résultat de recherche d'images pour "hamburgers"Mais pas les "burgers" !
Alors que c'est le premier exemple que donne le WCRF (page 379, environ au milieu de la colonne de droite) :
Les burgers : le symbole même de la junk food !
Celle que le WCRF recommande de «consommer avec parcimonie ou même d'éviter».
«Éviter la fast food» écrivait en tous lettres la Ligue Nationale Contre le Cancer dans sa traduction... à l'époque (lire notre note "La Ligue dans le rang").
Et qui tend, liquide compris, à se substituer, en France comme un peu partout dans le monde, à se substituer à la gastronomie traditionnelle.
Un malbouffisation consécutive au phénomène que certains, dans les années 1950, appelèrent "cocacolonisation".
Ainsi que l'oenophobisme, évidemment.

Cela étant dit, comment, dans notre pays, un organisme subventionné pourrait-il qualifier les burgers de cancérigènes quand Mme la Ministre de la Santé elle même déclare qu'en consommer un de temps en temps «ne peut pas faire de mal» ?
19mn 54sec  : http://www.dailymotion.com/video/x381o1c_marisol-touraine-morano-ferait-mieux-de-se-taire_news#tab_embed.

Mais faut-il lui en vouloir ?
Qui pourrait demeurer indemne après plus de 3 ans d'immersion dans l'un des milieux les plus cocacollaborationiste du monde ?
Nous ?
Même pas sûr...

Nota Bene : nous ne sommes pas les seuls à nous être étonnés que le CIRC ne cite pas les hamburgers parmi les produits dangereux.
Exemple : http://www.sciencesetavenir.fr/sante/cancer/20151026.OBS8308/le-risque-de-developper-un-cancer-en-raison-de-la-charcuterie-reste-faible.html (fin du 1º chapitre).

.

 

Québec

Richard Béliveau
Lire absolument cet article du Docteur Richard Béliveau,  titulaire de la Chaire en Prévention et Traitement du Cancer à Montréal capitale du Québec : http://www.journaldemontreal.com/2015/09/06/vin-rouge-et-cancer-peu-cest-reellement-mieux.
Quel plaisir de savoir qu'il existe au sein de la francophonie un espace conséquent où le vin n'est pas diabolisé aux frais du contribuable !
Et où l'on préfère éduquer à la modération que stigmatiser toute consommation.
Au sein de la francophonie, mais pas en France, évidemment.
Le pays qui perd de plus en plus ce qui faisait la «French joie de vivre».
L'étude la plus récente qui sert de référence à M. Béliveau, comme la plus ancienne, démontre que l'usage du "divin breuvage", loin de favoriser le cancer, tend à en prévenir l'apparition.
Démonstration qui confirme bien le "principe de Hill" selon lequel plus la pratique de la consommation régulière et modérée de vin diminue, plus le nombre de cancers augmente.
Résultat de recherche d'images pour "vin rouge"
Alors, Mmes Hill, Latino-Martel, etc... continueront-elles à prétendre, parlant de "l'emblème de la civilisation" (Georges Duhamel), de la "boisson totem des français" (Roland Barthes), qu'il s'agit d'une boisson alcoolisée comme une autre ?
Y compris en matière de désagréments sanitaires et de longévité ?
.
.
.
Nota bene : Merci au vigilant administrateur de notre association qui a signalé à notre rédaction l'article du Docteur Béliveau.
.
 

Le sucre en hyperliens

.
.
.
.
.
Le diabète sucré provoque environ 2,4 fois plus de décès que les maladies du foie causées par l'alcool.
.
.
.
.
.
.
.
.
.