Bien sûr…

Bien sûr que les défenseurs du vin n'avaient pas tort de s'alarmer et qu'ils ont eu raison d'agir.
Chacun à sa manière et selon les techniques qui font sa "marque de facapture 40 millions automobilistes bisbrique"

1º résultat : dès le lendemain de notre dernier article, celui du 30/09, l'association "40 millions d'automobilistes" changeait de stratégie.
Et renonçait à celle que nous avions dénoncée : celle de l'habituel bouc émissaire utilisé comme cible de substitution.
En témoigne une nouvelle page d'accueil, datée, donc, du 1º octobre et que l'on peut voir ci-contre (copie d'écran).

Ainsi que les propos "recalibrés" du délégué général de la dite association :  

Propos de regrets à l'égard des initiatives annoncées à l'issue de la séance du Conseil National de la Sécurité Routière tenue le matin même.
Mais ne concernant à aucun moment le fait que la mesure implicitement préconisée n'avait pas été prise.
Une mesure dont nous avions démontré l'absurdité compte tenu des premiers résultats de l'expérimentation en cours, cela dans notre article du 29/09.

Pour mieux connaître les principales mesures annoncées, lire la dépêche AFP portant sur ce sujet : CLICK.

Leur lecture semble indiquer que l'épisode est clos et que nous pouvons passer à autre chose... comme M. Chasseray, finalement !
Du moins, nous l'espérons.
Auquel cas,  nous lui souhaiterions bonne route pour la suite de son parcours.