Gonflé !

Résultat de recherche d'images pour "evin"Il manque pas d'air, le sieur Évin !
Peur de sortir d'être oublié ?
Si c'est le cas, nous pouvons l'assurer qu'au moins dans la mémoire des défenseurs du vin, il continue à occuper une place tout à fait particulière !

Ou alors, peut-être s'agit-il d'un "coup de pied de l'âne" de celui qui, depuis août dernier, n'est plus désormais qu'ancien directeur général de l'Agence régionale de santé d'Île-de-France.
Et dont une certaine idée en forme de parachute n'a toujours pas été retenue à ce jour : http://www.lopinion.fr/4-septembre-2013/marisol-touraine-ne-veut-pas-claude-evin-3628.

En tout état de cause, le voici à présent vitupérant contre la loi de Santé Publique : http://www.rfi.fr/france/20160110-france-combat-contre-alcool-est-train-etre-perdu-claude-evin-loi-sante-marisol-toura.
Et cela avec des arguments usés jusqu'à la corde et qui ont démontré depuis longtemps leur non-opérationnalité.
Surtout si on se souvient que la loi qui porte son nom fête cette année son quart de siècle.

Quelques exemples ?
1) les «viticulteurs qui dans cette affaire sont instrumentalisés».
Vieille rengaine : "ces pauvres vignerons un peu benêts n'ont pas encore compris que ma loi elle est bien pour eux et les protège de la bière et des alcools forts".
Notre réponse : observer, concernant les produits concernés, les évolutions comparées des consommations depuis 25 ans.
2) «Les grands vainqueurs de ce recul sanitaire seront les publicitaires qui lorgnent ce marché gigantesque et les vendeurs de bières et d’alcools forts, qui vont s’engouffrer dans la brèche».
25 ans que cette prédiction nous est ressassée : une prédiction qui décrit en fait une réalité constatable depuis... 25 ans.
3) La possibilité pour le vin de communiquer «sur Internet a été autorisée en 2009 », regrette également M. Évin.
Une position qui n'était pas la sienne en... octobre 2008 : http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE49Q06J20081027.
4) Il s'insurge aussi contre le fait qu'on ne trouve dans cette loi de Santé «aucune action contre le "binge drinking" (beuveries), en augmentation constante chez les jeunes».
Résultat de recherche d'images pour "ministère santé"Ce que nous regrettons aussi, tout en ne pouvant éviter de remarquer, cette omission ne résulte pas d'un quelconque amendement, qu'il s'agit là directement d'une pierre dans le jardin du ministère de la Santé.

Lequel ministère, en la matière, semble beaucoup plus occupé à financer des études aboutissant toutes à des propositions de sur-taxation du vin.
Pour le plus grand bonheur des grandes marques d'alcool organisées en un puissant et influent lobby qui ne cache pas ce même objectif et cela depuis des années, comme nous l'avons souvent démontré ici.
Un lobby qui ne doit pas être trop désolé de l'omission évoquée plus haut...
Mais il faudrait quand même aussi que l'ancien ministre de la Santé ne rechigne pas a faire son mea culpa en reconnaissant que cette déplorable pratique d'origine anglo-saxonne qu'est le "binge drinking" se développe d'autant plus que celle de la consommation régulière et modérée de vin est de moins en moins transmise.
Un quart de siècle, c'est à peu près l'espace d'une génération...

Bon ! En ce qui concerne la cause que,nous défendons, il s'agit d'une petite escarmouche sans forte gravité.
Mais c'est l'occasion de répéter qu'après 25 ans, il serait grand temps que soit enfin réalisé un bilan honnête et sérieux !
Résultat de recherche d'images pour "hémicycle assemblée nationale"Il y a moins de 10 mois, un député de la majorité rappelait en l'hémicycle de l'Assemblée nationale «que cette loi n’a jamais fait l’objet d’une évaluation. Il serait temps de la mener.»
Lire la seconde intervention de M. Jacques Krabal, à peu près au quart de la page : https://www.nosdeputes.fr/14/seance/4800#inter_6fbbfbe23365fb467008543ddcbb12e8.

 

.

 

Excuse et fêtes

images

Nous approchons des fêtes de fin d'année, c'est à dire d'une période où traditionnellement et parce qu'elle suppose une dose certaine d'agressivité,  nous suspendons pour quelques jours l'activité qui fait notre spécificité : la défense contre-attaquante.
Une activité que nous exerçons au bénéfice du vin, bien entendu.
Et au détriment de ceux qui en dénigrent tout usage.
Cela pour des raisons que nous pensons avoir identifiées...

Mais avant de l'entamer, cette période, nous devons réparer un oubli.
En fait, il convient plutôt de parler d'omission involontaire.
Que nous prions les lecteurs de bien vouloir excuser.
De quoi s'agit-il ?
Résultat de recherche d'images pour "assemblée nationale"D'un courrier qui date de nettement plus d'un mois, précisément du 9 novembre dernier, c'est à dire en pleine bagarre parlementaire autour d'un amendement dont nous avons beaucoup parlé et dont nous reparlerons encore.
Ce courrier, le voici (liste des députés signataires en fin de page) : CLICK.
Cette lettre a été adressée à Mme Marisol Touraine,  ministre de la Santé, mais on peut légitimement se demander si elle lui est parvenue malgré les filtres mis en place  par le lobby cocacollaborationiste qui règne en maître dans le ministère que cette dame est censée gérer... comme bien d'autres avant elle !
Catherine Lemorton en 2008 à Toulouse pour soutenir la candidature de Pierre Cohen aux élections municipales.Mais ce qui rend cette action particulièrement notable c'est que copie de ladite missive a été adressée à la présidente de la commission des Affaires Sociales de l'Assemblée Nationale, Mme Catherine Lemorton.
Celle-ci appartenant au même parti que les députés signataires du courrier évoque... mais ne partageant absolument pas leur point de vue concernant le traitement qui doit être appliqué au "divin breuvage".
D'où l'intérêt de la démarche.
Une démarche dont, du fond du cœur, les défenseurs du vin remercient ces députés !
Sans que ne doivent être oubliés,  bien entendu, tous les parlementaires de toutes sensibilités et toutes opinions qui se sont régulièrement impliqués dans le même combat et cela tout au long de l'année qui s'achève.

Résultat de recherche d'images pour "fêtes fin d'année"Et maintenant que cet oubli est réparé, changeons de registre et passons au bon temps : EXCELLENTES FÊTES DE FIN D'ANNÉE À NOS LECTEURS ET À TOUS LES DÉFENSEURS DU VIN !!!

Sans abus, bien entendu...

 

Excellente nouvelle pour la démocratie !

C'est à un stupéfiant déchaînement médiatique, à une incroyable entreprise de désinformation et de conditionnement des esprits qu'ont résisté cette nuit les élus du peuple réunis en Commission Spéciale à l'Assemblée Nationale, rejoignant ainsi la quasi-totalité des sénateurs.

Cette offensive, basée sur la plus parfaite mauvaise foi et organisée suivant le principe du pilonnage incessant, s'est déroulée lundi dernier (08/06/2015) tout au long de la journée.

Nous y reviendrons.

Pour l'heure, savourons le fait que, comme le dit très bien  l'association Vin et société dans un très récent communiqué, «la commission spéciale du projet de loi dit "Macron" a choisi de maintenir la définition de la publicité adoptée au Sénat en première lecture début mai.»

Et qu'ainsi «les parlementaires permettent aux journalistes et aux acteurs de l’oenotourisme de sortir de l’insécurité juridique.»

Nous invitons instamment nos lecteurs à prendre connaissance du dit communiqué dans son intégralité.

Ils pourront le télécharger après avoir cliqué ici :

Loi Evin-Les parlementaires font le choix de la clarification

Ivres de rage, avides de vengeance, les œnophobistes nauséabonds vont-ils maintenant alimenter une fois de plus le redoutable anti-parlementarisme ambiant ?

 

.

 

Statu quo

La presse l'a déjà annoncé : en matière de communication concernant le vin, après la séance plénière tenue hier soir à l'Assemblée Nationale,  nous en resterons donc au statu quo ante.

.

Victoire ?
Semi-victoire ?
Semi-défaite ?
Nous aurions tendance, pour notre part et compte tenu des réels risques encourus, à faire état d'une satisfaction nettement mieux que moyenne mais non totale.
Indice : environ 14/20.
Grand merci aux députés qui se sont mobilisés !

.

Dans les prochains jours, nous analyserons en détail les conséquences possibles de cette loi et ferons part à nos lecteurs de nos conclusions.
Pour l'heure,  nous les invitons à consulter
1) le compte rendu des débats (voir surtout article 4)  http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2014-2015/20150197.asp.
2) le résultat du vote concernant la suppression de l'alinéa 11, celui qui nous inquiétait particulièrement et contre lequel nous nous sommes mobilisés : http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/14/(num)/1091.
(Avec détail des présents et position nominative.)
3) le communiqué de Vin et Société faisant état du principal "bémol" que l'on peut exprimer a l’égard de ce statu quo :   http://www.vinetsociete.fr/presse/communiques/loi-de-sante-publique-premiere-lecture-a-l-assemblee-nationale-les-parlementaires-font-l-impasse-sur-la-clarification-de-la-loi-evin
4) un très bon article dans la presse spécialisée :  http://www.larvf.com/,vin-assemblee-nationale-loi-evin-supprimer-amendement-publicite-alcool-marisol-touraine-vins,4429705.asp
5) un article très clair dans la presse nationale :   http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/04/02/loi-sante-les-deputes-renoncent-a-modifier-l-equilibre-de-la-loi-evin_4607776_1651302.html.

.

À noter que dans ce dernier il nous est indiqué que Mme Marisol Touraine n'était pas demandeuse de l'alinéa anti-vin.
Si c'est vrai, cela annonce-t-il un retour un rééquilibrage des pouvoirs en faveur des politiques et au détriment des "marquis de ministère" ?
Et, donc, d'une perte d'influence des malbouffisants ?
Une autre mesure prise hier semble l'indiquer : http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/2015/04/02/les-fontaines-soda-ou-boissons-volonte-dans-les-fast-food-c-est-deja-bientot-fini-696607.html.
Allons nous vers des "lendemains qui chantent" ?
Et tout cela s'avère, pourrons nous le fêter avec Mme Touraine autour d'un... vin d'honneur ?

.

.

 

Ça commence cet après-midi !

Projet de loi santé : audition de la ministre puis examen du texte en commission

Mardi 17 mars à 17h15 et 21h30, mercredi 18 mars à 9h30, 16h15 et 21h30 et jeudi 19 mars à 9h30, 15h et 21h30, la commission des affaires sociales auditionne Marisol Touraine, ministre des affaires sociales, sur le projet de loi relatif à la santé puis examine ce texte. Toutes ces réunions seront retransmises en direct sur le portail vidéo de l'Assemblée.
http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/sante.asp

.

Merci d'avance aux veilleurs bénévoles !

http://www.assemblee-nationale.fr/video/

.

Supplément :
Cette lettre du député Kleber Mesquida à Mme Touraine permet bien de comprendre la problématique à laquelle sont confrontés actuellement les defenseurs du vin et de s'approprier certains des arguments qui peuvent être utilisés : http://www.herault-tribune.com/articles/26184/herault-saint-pons-intervention-de-kleber-mesquida-aupres-du-ministre-des-affaires-sociales-et-de-la-sante/.
À noter que M. Mesquida est député de la 5° circonscription de l'Hérault, voisine immédiate de la 7°, celle au sein de laquelle se situe le siège de notre association.

.

.