Préparation 2017

Dès la création de notre association, début 2009, nous avons combattu l'imposture par le rétablissement de la vérité.
Cela en opposant une incontestable traduction du rapport décennal du Fonds Mondial de Recherche sur le Cancer (WCRF) à l'"interprétation" œnophobiste qui en était faite en France.
Relire "L'affaire de la brochure".

psycho vin renversé

Mais on peut désormais se poser la question de savoir si nos adversaires, conscients de notre façon d'agir, n'ont pas entrepris de contourner la difficulté en remontant à la source.
Souvenons nous quels étaient les membres du panel d'experts philipjamesdu WCRF en 2007 (pages 4 et 5):http://www.wcrf.org/sites/default/files/english.pdf
Ils étaient 21 dont (excellente chose !) pas un seul français.
De plus, il comprenait le Dr. Philip James (7° position), un farouche adversaire de la consommation de sodas dont nous avons souvent évoqué le nom ici.
Exemple : http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/super-c-a-m-e-2/ (fin du premier tiers de l'article).

Voyons à présent quels sont les membres du panel aujourd'hui : http://www.wcrf.org/int/research-we-fund/continuous-update-project-cup/cup-expert-panel.
Ils ne sont plus que 12, le Dr. James n'y figure plus et, en revanche (grâce à l'action d'une puissante marque de soda nord-américaine ?) une française s'est intégrée au cœur du dispositif, Mme Isabelle Romieu.
Celle-ci est membre du réseau NACRe, avec responsabilité de groupe : http://www6.inra.fr/nacre/Le-reseau-NACRe/Membres-NACRe/Equipe-NACRe-37-Groupe-Epidemiologie-Nutritionnelle-NEP-Section-Nutrition-et-Metabolisme.
Le réseau NACRe, rappelons-le, fut en 2009, au travers de sa coordinatrice, Mme Paule-Latino Martel, la cheville ouvrière de la violente attaque que nous appelons " l'affaire de la brochure" (voir lien plus haut). Et M Hercberg en est toujours un membre éminent.
Rappel concernant les 2 derniers personnages cités et une certaine Mme Bellisle qui aime bien les sodas... l'un d'entre eux surtout : http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/rien-que-des-faits/.

Pour revenir à Mme Romieu, on peut utilement consulter un certain nombre de documents dont elle est responsable.
Celui-ci, par exemple : http://www.iarc.fr/fr/publications/pdfs-online/breport/breport1011/13SectionOfNutritionAndMetabolism.pdf (voir chapitre "Alcool et cancer", page 111).
Question : le prochain rapport du World Cancer Research Fund, dont la publication devrait intervenir en 2017, continuera-t-il, comme par le passé, à implicitement considérer les boissons sucrées comme plus dangereuses que les boissons alcoolisées ?
Boissons sucrées : éviter (to avoid).
Boissons alcoolisés : limiter.
La preuve ?
Ci-dessous à gauche, reproduction du tableau page 373 du rapport (http://www.dcscience.net/WCRF-Marmot-Report.pdf) avec traduction en vis à vis :

tableau wcrf   tableau wcrf fr

Et voici la traduction certifiée des lignes 3 à 15 de la page 374 :
La commission conclut qu’il y a suffisamment de preuves pour dire que les causes d’un grand nombre de cancers, y compris des cancers communs, sont dus à l’excès de gras corporel ou à l’inactivité physique. Pour cette raison, les trois premiers groupes d’objectifs et recommandations ont été mis au point pour servir de point de départ pour la politique, les programmes et les choix dont le but est de maintenir un poids corporel sain et de continuer à pratiquer une activité physique tout au long de la vie. Les cinq recommandations générales restantes n’ont pas de priorité particulière, elles sont traitées au fur et à mesure selon les sujets  des chapitres de la deuxième partie. Après les huit premières recommandations, il y en a deux plus particulières, une sur l’alimentation au sein de nourrissons et l’autre sur les survivants de cancers, et qui visent un groupe spécifique de personnes.

On notera au passage que les trois premières recommandations (dont celle qui concerne les boisson sucrées) sont considérées comme étant prioritaires contrairement à celles qui suivent (dont celle qui concerne les boissons alcoolisées).
Mais ça c'était en 2007 !
Et c'était (de notre point de vue, bien sûr) en progression au regard du rapport 1997 que nous possédons version "papier".
Mais qu'en sera-t-il en 2017, compte tenu des évolutions que nous venons de révéler ?
Article lié : "Snipers"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de protection *