Ceci n’est pas une caricature

.

D'emblée, pour éviter tout fâcheux malentendu éventuellement assorti de conséquences désagréables, nous tenons à préciser que ceci n'est pas une caricature. .

En fait, il s'agit d'un portrait qui représente le poète mystique Omar Ibn al Faridh auteur du magnifique «Éloge du vin». .

Nous aurions pu parler aussi de bien d'autres auteurs orientaux de poèmes célébrant le vin ainsi par exemple qu'Abū Nuwās (577/632), libertin hétérodoxe par ailleurs.
.
AVT_Omar-Hayyam_3560
Mais, bien sûr, il est hors de question d'oublier l'immense Omar Kayyam (1048/1131), non seulement poète mais également philosophe, mathématicien, astronome et savant en bien d'autres matières.
«Un peu de vin vaut mieux pour moi que le royaume 
De tous les rois défunts et mieux que tous leurs trônes»,
déclarait-il.
.
Ou :
 «Bois du vin… c’est lui la Vie éternelle,
C’est le trésor qui t’est resté des jours de ta jeunesse».
Ou aussi :
«Puisque la vie passe :  qu’est-ce que Bagdad et Balk ?

La coupe une fois pleine, qu’importe son amertume et sa douceur .Bois du vin, car souvent après ton départ et le mien, cette même Lune

Passera du dernier jour du mois au premier, du premier au dernier.»
Ou encore :
«Personne ne peut passer derrière le rideau qui cache l’énigme ;

Nul esprit ne sait ce qui vit sous les apparences.Sauf au cœur de la terre, nous sommes sans asile…Bois du vin ! ignores-tu qu’à de tels discours il n’y a pas de fin ?»

Un dernier pour la route :
«Lorsque je serai mort, lavez-moi au jus de la treille;
au lieu de prière, chantez sur ma tombe les louanges de la coupe et du vin,
et si vous désirez me retrouver au jour dernier,
cherchez-moi sous la poussière du seuil de la taverne.»
En cette époque, des contrées où vivaient ces œnophiles lumineux, émanait un jaillissement civilisateur qui irriguait le monde. [1] 
Cette concomitance, était-ce une coïncidence ? [2].
.
Syllogisme juridique : Averroès dans le droit moderne ?
Puis, dans le cheminement vers la Renaissance sans laquelle l'humanité n'aurait pas connu le Siècle des Lumières, en Andalousie, vint Averroës (1126/1198) qui joua un rôle majeur... jusqu'à ce qu'il soit condamné à l'exil par le calife Al-Mansûr.
Lequel fit alors interdire la philosophie, les études, les livres et... la vente de vin.
.
C'est donc ensuite en Catalogne et en Occitanie que la marche vers l'humanisme pu se poursuivre...
Mais des Colonnes d'Hercule au pays d'Avicenne et plus loin encore, de féconds îlots d'humanisme œnophile subsistèrent partout : Ibn al Faridh, par exemple, vécu de 1181 à 1234.
.
De nos jours, il en existe encore : à eux toute notre solidarité ! [3]
.
.
[1] En ces temps là, les sciences faisaient florès. Par exemple :
- au IXe siècle, le mathématicien de langue arabe Al Kashi généralisa le théorème de Pythagore.
- les médecins traduisaient les textes et adoptaient les méthodes dHiippocrate qui avait coutume' de dire : «Le vin est une chose merveilleusement appropriée à l'homme si, en santé comme en maladie, on l'administre avec à propos et juste mesure, suivant la constitution individuelle».
[2] Pour tâcher de répondre à cette question, on pourra consulter notre article "Psychoactivité positive".
[3] Bien sûr, en France, nous eûmes aussi nos écrivains et poètes du vin comme Victor Hugo, Baudelaire ou Colette, mais c'était pour eux un exercice beaucoup moins compliqué.
Enfin.... ça c'était avant l'ANPAA !
.
.
.
 

Franklin

Les grands humanistes ont très souvent été des laudateurs du vin, l'histoire regorge d'exemples à ce sujet
.
Image illustrative de l'article Benjamin Franklin
 Benjamin Franklin était anti-esclavagiste quand il était difficile de l'être, bien longtemps avant que son pays ait aboli cette pratique barbare.
 Et il n'était pas du genre «faites ce que je dit, pas ce que je fais» puisque lui même affranchit ses propres esclaves : CLICK.
.
Que disait il du "divin breuvage" ?
 Ceci : «Le vin rend la vie quotidienne plus facile, moins frénétique; il allège les tensions et encourage la tolérance».
.
À l'inverse, plus d'un siècle après sa mort, le Ku Klux Klan s'engageait très activement dans les rangs des fanatiques  prohibitionnistes : CLICK.
.
 Humanisme ou barbarie ?
Le vin est marqueur de choix !
.
«Il y a une civilisation du vin, c'est celle où les hommes cherchent à mieux se connaître pour moins se combattre.»
 C'était le principe prévalant à la mise en place du Conseil de Modération et Prévention... récemment supprimé : CLICK.
Une mise à mort accordée aux ayatollesques œnophobes qui n'avaient jamais digéré la création de cet espace de dialogue.
.
Articles liés :

 

 

Resnais

 «"Aimer, boire et chanter" ! À cause du mot  "boire", les prohibitionnistes vont ils demander l'interdiction du dernier film d'Alain Resnais ?». 
 Tel est le message destiné à être "tweeté" par l'un de nos rédacteurs. Et cela au format adéquat.
 .
 Bon... bien sûr, notre "tweetmaster" l'a traduite en langage approprié;
Mais c'est ainsi qu'il faut procéder, n'est-ce pas ?
 .
Vous souhaitez nous suivre sur Twitter ?
Pas de problème, puisque nous vous l'avons très récemment proposé sur Facebook.
.
.
.
 

Cette fois peut-être…

Depuis près de 8 ans, nous le demandons.

 Cette revendication, au fil du temps, a été largement reprise par la grande majorité des organisations agricoles et par des centaines de parlementaires de tous bords politiques.
 Plusieurs propositions ont été déposées officiellement par des groupes conséquents.
Des saboteurs sournois sont sans doute à l'oeuvre, mais personne n'a jamais déclaré publiquement qu'une telle inscription serait illégitime, voire inopportune.
 Mais le fait est que le sujet n'a jamais été inscrit à l'ordre du jour de l'une ou l'autre des 2 chambres formant le Parlement.
Et le vin, malgré sa présence plus que bimillénaire sur notre sol, n'est toujours pas inscrit au Patrimoine Culturel et Gastronomique Protégé de la France.
.
 Mais cette fois, peut-être, les saboteurs sournois seront déçus !
Et cela grâce au sénateur Couderc et à 29 de ses amis dont l'historique défenseur du vin : M. Gérard César.
Et voici la proposition de loi qu'ils ont déposée : Click.
.
 C'est l'occasion pour nous de remercier une fois de plus tous les parlementaires qui se sont engagé dans ce combat et cela depuis des années.
 Comme le non moins historique sénateur CourteauClick.
 .
C'est aussi l'occasion pour rappeler que pour nous, les clivages politiques traditionnels n'ont pas beaucoup d'importance.
 Il y a d'un côté les amis du vin et de l'autre le camp de la cocacollaboration.
Quelle différence de méthode ?
 Chez les premiers on agit franchement, au grand jour, tandis que dans le second, c'est beaucoup plus... sournois.
 Ce qui démontre une fois de plus que : In vino veritas !
.
.