Levrette

LevretteComme nos fidèles lecteurs s'en souviennent probablement, nous avons déjà eu l'occasion de parler de M. Damien Mascret, chroniqueur à Itele et au Figaro.
Et ceci à 2 reprises.
2012:
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/figaro/
2014:
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/oenoseptique-trop-hatif/

En cette année 2016, il nous semble à nouveau être vexé de ne pas encore figurer sur la "short list" des prétendants au prochain Grand Prix de l'Œnophobisme.
Nous expliquerons plus bas ce qui nous donne cette impression.

Mais d'abord, rappelons qu'elle est sa spécialité.
Depuis quelque temps, par modestie sans doute, le Dr Mascret se présente souvent comme généraliste mais il est en réalité médecin sexologue, membre de l'illustre Société Francophone de Médecine Sexuelle :  http://www.sfms.fr/prod/system/main/?page=/prod/data/societe/membres/membres.asp.
À ce titre, il a co-écrit 2 ouvrages immortels.
Celui-ci : "La revanche du clitoris" (2008). 

RomantiqueEt surtout cet autre : "Peut on être romantique en levrette ?" (2009). Un titre qui a peut-être inspiré celui d'une courte comédie publiée en juin 2016 : http://www.goldenmoustache.com/la-levrette-romantique-100395/.

Le docteur Mascret a parfois apporté aussi sa contribution à certains articles portant sur des pratiques plus ou moins habituelles.
Exemple (parmi d'autres...) : http://www.femmeactuelle.fr/amour/sexo/sadomasochisme-douleur-21124.
Et ce n'est pas un homonyme comme en témoigne cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=tBWsEW8yBow.
Dans quelques jours il nous proposera un " Dico-guide" de notre santé.
Les questions précédemment évoquées le seront-elles à nouveau ?

Et sera-t-il question de vin ?
Pour être clairs, nous le redoutons un peu au vu d'un récent article paru dans le Figaro : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/03/29/24792-faux-effet-protecteur-petit-verre-dalcool.
Dans la ligne de celui que nous évoquions Résultat de recherche d'images pour "damien mascret i tele 06/04/2016"la semaine dernière dans notre billet "West".
Et puis il y a eu reprise du même thème avec des propos similaires sur I télé : http://www.itele.fr/chroniques/mag-sante/le-mag-sante-du-06042016-160294.
Quelques jours auparavant, nous avions pu entendre le même monsieur sur la même chaîne déclarer de façon claire et définitive en ouverture de sa rubrique : «L'alcool est mauvais pour la santé !» (http://www.itele.fr/chroniques/mag-sante/le-mag-sante-du-30032016-159451).
Sans parler de d'autres formulations inquiétantes qu'il nous est arrivé de repérer parfois en effectuant notre travail de surveillance des médias coutumiers de la vente d'espaces publicitaires à la star des boissons malbouffisantes.

Pour finir et parce qu'il ne faut jamais désespérer de convaincre ses adversaires, tentons de faire changer M. Mascret de position.
Pour ce faire, dans l'immédiat, nous lui proposons de lire 2 textes.
Celui-ci «
Osez l'érotisme selon Bacchus».
Et cet autre: «Le vin (et pas seulement le champagne) est-il le meilleur ami du sexe ?».
Il aurait sans doute aussi tout à gagner à consulter cette étude publiée dans le "Journal of Sexual Medicine" : Regular moderate intake of red wine is linked to a better women's sexual health. 

Et puis, nos adversaires, au delà de les convaincre, nous caressons parfois le rêve fou de les amener à aimer vraiment le "divin breuvage".
Mais dans le cas de notre sexologue-écrivain, quel vin lui indiquer qui pourrait l'intéresser dès l'abord ?

Château La LevretteTrouvé !
Et dans le Figaro, par dessus le marché ! Un Château La Levrette, bien sûr : http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-champagne/bordeaux/rive-droite/bordeaux-superieur/d25410-chateau-la-levrette...

Quand on cherche à séduire, il peut être utile d'apporter une petite touche de romantisme, n'est-ce pas ?

Nota Bene Il est encore temps pour s'inscrire à la prometteuse conférence dont nous vous avons déjà parlé :  http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/attention-changement-de-lieu/.

.

.

 

Préparation 2017

Dès la création de notre association, début 2009, nous avons combattu l'imposture par le rétablissement de la vérité.
Cela en opposant une incontestable traduction du rapport décennal du Fonds Mondial de Recherche sur le Cancer (WCRF) à l'"interprétation" œnophobiste qui en était faite en France.
Relire "L'affaire de la brochure".

psycho vin renversé

Mais on peut désormais se poser la question de savoir si nos adversaires, conscients de notre façon d'agir, n'ont pas entrepris de contourner la difficulté en remontant à la source.
Souvenons nous quels étaient les membres du panel d'experts philipjamesdu WCRF en 2007 (pages 4 et 5):http://www.wcrf.org/sites/default/files/english.pdf
Ils étaient 21 dont (excellente chose !) pas un seul français.
De plus, il comprenait le Dr. Philip James (7° position), un farouche adversaire de la consommation de sodas dont nous avons souvent évoqué le nom ici.
Exemple : http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/super-c-a-m-e-2/ (fin du premier tiers de l'article).

Voyons à présent quels sont les membres du panel aujourd'hui : http://www.wcrf.org/int/research-we-fund/continuous-update-project-cup/cup-expert-panel.
Ils ne sont plus que 12, le Dr. James n'y figure plus et, en revanche (grâce à l'action d'une puissante marque de soda nord-américaine ?) une française s'est intégrée au cœur du dispositif, Mme Isabelle Romieu.
Celle-ci est membre du réseau NACRe, avec responsabilité de groupe : http://www6.inra.fr/nacre/Le-reseau-NACRe/Membres-NACRe/Equipe-NACRe-37-Groupe-Epidemiologie-Nutritionnelle-NEP-Section-Nutrition-et-Metabolisme.
Le réseau NACRe, rappelons-le, fut en 2009, au travers de sa coordinatrice, Mme Paule-Latino Martel, la cheville ouvrière de la violente attaque que nous appelons " l'affaire de la brochure" (voir lien plus haut). Et M Hercberg en est toujours un membre éminent.
Rappel concernant les 2 derniers personnages cités et une certaine Mme Bellisle qui aime bien les sodas... l'un d'entre eux surtout : http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/rien-que-des-faits/.

Pour revenir à Mme Romieu, on peut utilement consulter un certain nombre de documents dont elle est responsable.
Celui-ci, par exemple : http://www.iarc.fr/fr/publications/pdfs-online/breport/breport1011/13SectionOfNutritionAndMetabolism.pdf (voir chapitre "Alcool et cancer", page 111).
Question : le prochain rapport du World Cancer Research Fund, dont la publication devrait intervenir en 2017, continuera-t-il, comme par le passé, à implicitement considérer les boissons sucrées comme plus dangereuses que les boissons alcoolisées ?
Boissons sucrées : éviter (to avoid).
Boissons alcoolisés : limiter.
La preuve ?
Ci-dessous à gauche, reproduction du tableau page 373 du rapport (http://www.dcscience.net/WCRF-Marmot-Report.pdf) avec traduction en vis à vis :

tableau wcrf   tableau wcrf fr

Et voici la traduction certifiée des lignes 3 à 15 de la page 374 :
La commission conclut qu’il y a suffisamment de preuves pour dire que les causes d’un grand nombre de cancers, y compris des cancers communs, sont dus à l’excès de gras corporel ou à l’inactivité physique. Pour cette raison, les trois premiers groupes d’objectifs et recommandations ont été mis au point pour servir de point de départ pour la politique, les programmes et les choix dont le but est de maintenir un poids corporel sain et de continuer à pratiquer une activité physique tout au long de la vie. Les cinq recommandations générales restantes n’ont pas de priorité particulière, elles sont traitées au fur et à mesure selon les sujets  des chapitres de la deuxième partie. Après les huit premières recommandations, il y en a deux plus particulières, une sur l’alimentation au sein de nourrissons et l’autre sur les survivants de cancers, et qui visent un groupe spécifique de personnes.

On notera au passage que les trois premières recommandations (dont celle qui concerne les boisson sucrées) sont considérées comme étant prioritaires contrairement à celles qui suivent (dont celle qui concerne les boissons alcoolisées).
Mais ça c'était en 2007 !
Et c'était (de notre point de vue, bien sûr) en progression au regard du rapport 1997 que nous possédons version "papier".
Mais qu'en sera-t-il en 2017, compte tenu des évolutions que nous venons de révéler ?
Article lié : "Snipers"

 

Snipers

Résultat de recherche d'images pour "lauriers"Comme nous l'avions indiqué dans notre article "bissextile", le vin devrait se trouver à l'abri d'une nouvelle attaque de type "vague scélérate" au moins jusqu'à la fin de l'année 2017.
En revanche, si le combat frontal ne semble pas devoir être d'actualité pendant cette période, il ne saurait être question de nous reposer sur nos lauriers.
Car, n'en doutons pas un instant, il ne s'agit que d'un fragile cessez-le-feu dans le cours de la guerre qu'il y a 60 ans la "limonade brune" a déclaré au "divin breuvage"Résultat de recherche d'images pour "dagues".
Soyons donc bien persuadés que nos adversaires sont déjà en train d'aiguiser leurs dagues.
De commanditer contre le vin des études et rapports toujours plus à charge et programmés pour être publiés au moment choisi, grand fracas médiatique à l'appui.
Et aussi d'infiltrer, de pénétrer, d'occuper les endroits stratégiques.
Résultat de recherche d'images pour "sniper dormant" Là aussi discrètement jusqu'aux "jours J"... ceux où ces "snipers dormants" se mettront à flinguer frénétiquement depuis leurs postes.
Frénétiquement mais de manière synchronisée.
En haut lieu : à la Direction Générale des Snipers.
À nous donc de rester vigilants, d'investiguer, de découvrir... et de porter la lumière sur les lieux où cela se passe.

IncaNous avons souvent ici parlé de Mme Agnès Buzyn,  présidente de l'INCa, dont la doctrine, en ce qui concerne le sujet qui nous intéresse, tient en quelques mots prononcés sur France Info quelques mois après sa nomination : «Je demande à tout le monde d'arrêter de boire».
À 1mn 15sec : http://www.franceinfo.fr/player/resource/227807-494191.
En la matière, rarement fut osé un radicalisme aussi pur et sans tache !
Eh bien il y a de fortes chances que la candidature de Mme Buzyn à la présidence de la Haute Autorité de Santé soit retenue.
"Soit" ou "ait été" ?
On ne sait pas trop où en est l'affaire depuis cet article du 3 février dernier qui l'annonçait comme devant être conclue une semaine plus tard : http://www.lopinion.fr/edition/economie/agnes-buzyn-a-defaut-parite-haute-autorite-sante-aura-moins-femme-a-96043.
Depuis, plus de nouvelles.
On ne trouve même pas à ce jour son nom dans la composition du "Collège", l'organe de gouvernance de la HAS : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_434776/fr/composition-du-college-de-la-haute-autorite-de-sante.
Bien entendu, nous allons continuer à suivre au Claude Évin, en 2009.jour le jour ce dossier de très près tout en nous demandant si, au dernier moment, pour quelque obscure raison, il n'a pas finalement été décidé de recourir au "plan B".
C'est à dire à l'une de nos vieilles connaissances selon cet article : http://www.liberation.fr/france/2015/12/04/bientot-une-femme-a-la-tete-de-la-haute-autorite-de-sante_1418043.
Agnès Buzyn ou Claude Évin ?
Cruel dilemme,  n'est-ce pas, amis lecteurs ?

                                         (À suivre)

.

 

Du lourd ! (3)

Nous n'avons pas fini d'en parler et celaViticulture
pour montrer qu'il ne doit pas être pris au sérieux... sauf en ce qui concerne sa dangerosité.

Au titre de laquelle, si ce travail n'était pas fait, il continuerait à constituer une arme redoutable entre les mains œnophobistes.
Au profit de leur sempiternelle pression à but fiscal.

Il porte sur l'année 2010 et son titre officiel est «Le coût social des drogues en France».
Mais nous l'appellerons "le rapport Kopp" : http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/epfxpkvc.pdf.
On peut lire dès la page 2 : «les paramètres de calculs suivent les recommandations du Rapport Quinet (2013)...»
Rapport Quinet qui porte également sur l'année 2010 : http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/CAS_2013_final_CGSP_Evaluation_socioeconomique_170920131.pdf.
Mais que le "rapport Kopp" interprète en fait parfois assez librement.
C'est le moins qu'on puisse dire.

Exemple.
Le rapport Quinet estime la valeur statistique de la vie (VVS) à 3 millions d'euros et la valeur de l'année de vie (VAV) à 115 000 € : voir entre autres 2.1.1. page numérotée 42.
Ces valeurs ne sont nulle part, dans le rapport Quinet, données comme modulables en fonction de tel ou tel facteur.
Eh bien dans le "rapport Kopp", pas d'hésitation !
«Le coût des années de vies perdues du fait des pathologies engendrées par l’alcool est de près de 66 milliards d’euros et la valeur moyenne de la vie perdue par décès de 1,35 millions d’euros à un âge moyen de 63 ans
Tandis que «le coût des années de vies perdues du fait des pathologies engendrées par le tabac est  de  près  de  65  milliards  d’euros  et  la  valeur  moyenne  de  la  vie  perdue  par décès de 0,8 millions d’euros à un âge moyen de 71 ans.» (p.40 du "rapport Kopp ")
Donc, au terme de ce calcul aux modalités inexpliquées, en 8 ans la vie humaine perdrait près de 60% de sa valeur !

Cela étant dit malgré que «le rapport  Quinet  refuse de  différencier  la valeur de  la  vie humaine  en  fonction  de l’âge. En effet, selon les auteurs du rapport, les études sont peu conclusives pour établir  des modalités de différenciation.  Plus  généralement, une  telle  différenciation n’apparaît pas opportune du point de vue éthique. La référence à une valeur tutélaire unique exprimant la volonté collective de garantir que l’effort engagé en matière de santé est le même quel que soit le secteur et quel que soit l’individu concerné  :  sauver  une  vie  statistique,  ou  réduire  le  risque  de  décès  doit  mobiliser la  même  somme  d’argent  quelle  que soit  la  personne  en  jeu  (Quinet, 2013).  L’effort qui doit être consenti pour sauver une vie doit être rapporté à une grandeur unique (VVS de 3 millions d’euros) quel que soit l’âge de la personne dont la vie est sauvée. Ainsi, le rapport coût-bénéfice d’une stratégie thérapeutique n’est pas affecté par l’âge du sujet.»
(À cheval sur pages 15 et 16 du "rapport Kopp")
Voir aussi la page 106 du rapport Quinet où il est déclaré que si une différenciation pouvait être établie ce devrait être plutôt en fonction du revenu que de l'âge,  la VVS étant calculée sur la base du consentement à payer pour une réduction du risque de décès.
Sans oublier d'ajouter, concernant ladite différenciation : «de toute façon, cette  dernière n’apparaît pas opportune du point de  vue éthique
Réconfortante, cette idée que certains rapports ne négligent pas la dimension éthique !

Mais restons dans la version "cynique", comme si nous ne l'avions pas lue, cette page 106 du rapport Quinet.
Sachant que 71-63 = 8 (et qu'en comptant les années bissextiles, 8 ans = 2 922 jours) il faudrait que nous nous mettions dans la tête que la valeur de notre vie perd en moyenne 188 € par jour !
1,35 millions € - 0, 8 millions € = 550 000 € / 2 922 jours = 118 € (à peu près).
Pas loin de 3 600 € par mois !
Et donc qu'à partir de 82 ans elle ne vaudrait plus rien.
Ce qui, soit dit en passant, pourrait constituer un bon argument de défense pour les assassins d'octogénaires traînés devant les tribunaux : avis aux avocats !

Mais ce qui constitue aussi une source d'argumentation pour les taxolâtres ennemis du vin.
En effet, cela permet d'affirmer en conclusion que «le "coût social" de l’alcool et celui du tabac sont presque identiques. Chacun est presque égal à 120 milliards d’euros...» (page 64 du rapport Kopp).
Rapprochement, bien sûr prêt à être repris lors d'une grande "campagne d'information", tous médias confondus... sans même reprendre le mot "presque".
Comme ce fut le cas en septembre dernier : cf. notre article "Du lourd ! (2)".

Cela étant dit, les lecteurs savent que nous aimons bien travailler à partir des chiffres de nos adversaires et le fait que M. Kopp indique 63 ans comme étant l'âge moyen des décès pour cause d'alcool n'est pas forcément négatif.
Nous verrons bientôt pourquoi...

                                                                                             (À suivre)

.

 

Du lourd ! (1 bis)

Addendum à notre article "Du lourd ! (1)"  

Résultat de recherche d'images pour "panique"Panique à bord ?

Lorsque nous préparions notre article  "Du lourd ! (1)", nous avons vainement cherché sur le site de l'OFDT le rapport dont étaient issus les chiffres hallucinants dont nous fîmes état.  C'était le 26/01 et à cette recherche, nous avons consacré un temps certain. N'ayant rien trouvé, nous nous sommes rabattus sur la note de synthèse parue en septembre 2015 qui était, elle, disponible : http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eisxpkv9.pdf.
Et qui figurait en 11º position sur la page indiquant les publications de cet office avant les fêtes. La dernière (du moins à ce moment là), s'intitulait "Alcool, tabac et cannabis en 2014, durant les « années collège » ".
Trois jours plus tard, donc le 30/01, un de nos fidèles lecteurs nous demande pourquoi nous n'avons pas utilisé le rapport intégral dans l'article du 27/02 alors qu'il figure sur la page de l'OFDT.
Nous y retournons et là (incroyable mais vrai !) nous nous rendons effectivement compte que la dernière publication mentionnée, toujours pour l'année 2015, est à présent le rapport "Le coût social des drogues en France, Rapport, décembre 2015" :  http://www.ofdt.fr/publications/date-de-parution/publications-ofdt-parues-en-2015/. Ce qui pourrait bien vouloir dire que notre article a déclenché cette modification.
Pourquoi ?
Tout simplement pour réduire la durée "officielle" constatable entre le moment où ont été portés à la connaissance du public la synthèse et le rapport.
Dans quel but ?
Nous en parlerons bientôt.

Des preuves ?
Malheureusement nous n'avions pas prévu le coup et n'avons pas pensé à réaliser avant le 27/12 une copie d'écran de la page.
Mais nous pouvons montrer que :
1°) Le rapport "Le coût social des drogues en France" ne figure toujours pas dans les 2 "lettres actu" de décembre 2015 :
- 03/12 : http://ofdt.systalium.eu/lettre/?lettre=48&contact=3486,
- et 22/12 : http://ofdt.systalium.eu/lettre/?lettre=49&contact=3486.
Ni même au 20 janvier 2016 : http://ofdt.systalium.eu/lettre/?lettre=50&contact=3486 ! Alors que la synthèse datée du 10 septembre 2015 a été signalée dans la "lettre actu" du même mois : http://ofdt.systalium.eu/lettre/?lettre=41&contact=1114...
2°) À ce jour, le rapport n'est toujours pas non plus mentionné dans le flux RSS :  http://www.ofdt.fr/rss/154.

Un peu de manque de coordination due à une certaine fébrilité, peut-être ?
Résultat de recherche d'images pour "sérénité"En tout cas, en ce qui nous concerne, c'est en toute sérénité que cette fois-ci nous avons sauvegardé ces documents... (À suivre)