Bien sûr…

Bien sûr que les défenseurs du vin n'avaient pas tort de s'alarmer et qu'ils ont eu raison d'agir.
Chacun à sa manière et selon les techniques qui font sa "marque de facapture 40 millions automobilistes bisbrique"

1º résultat : dès le lendemain de notre dernier article, celui du 30/09, l'association "40 millions d'automobilistes" changeait de stratégie.
Et renonçait à celle que nous avions dénoncée : celle de l'habituel bouc émissaire utilisé comme cible de substitution.
En témoigne une nouvelle page d'accueil, datée, donc, du 1º octobre et que l'on peut voir ci-contre (copie d'écran).

Ainsi que les propos "recalibrés" du délégué général de la dite association :  

Propos de regrets à l'égard des initiatives annoncées à l'issue de la séance du Conseil National de la Sécurité Routière tenue le matin même.
Mais ne concernant à aucun moment le fait que la mesure implicitement préconisée n'avait pas été prise.
Une mesure dont nous avions démontré l'absurdité compte tenu des premiers résultats de l'expérimentation en cours, cela dans notre article du 29/09.

Pour mieux connaître les principales mesures annoncées, lire la dépêche AFP portant sur ce sujet : CLICK.

Leur lecture semble indiquer que l'épisode est clos et que nous pouvons passer à autre chose... comme M. Chasseray, finalement !
Du moins, nous l'espérons.
Auquel cas,  nous lui souhaiterions bonne route pour la suite de son parcours.

 

Prise en main présidentielle

Il ne faut  pas hésiter à le dire haut et fort !
Dans le dernier épisode de la guerre éternelle qui oppose les défenseurs du vin aux fachygiénistes, la prise en main de la question par l'Élysée a eu des conséquences tout à fait positives.
Lire ce résumé du dernier communiqué de presse émis par Vin & Société : Click.
Et l'amendement dont il est question : re-Click.

Résultat de recherche d'images pour "HOLLANDE VIN VINEXPO 2015"

Et quel plaisir que d'avoir vu auparavant (dimanche dernier à Vinexpo) le Président de la République un verre à la main et sans complexes !

 

Satisfactions (1)

Dans notre  dernier billet, concernant la loi de santé publique et pour ce qui relève de nos préoccupations habituelles,  nous avons parlé de statu quo ante.

Sans titre 1

Nous maintenons cette position,  bien sûr,  mais il convient de la nuancer. Car si, du point de vue technique, rien n'a changé, quelques motifs de satisfaction sont apparus néanmoins.

1) La mobilisation des députés, y compris de certains provenant de régions non viticoles. Ce qui montre bien :

  a) que le vin reste bien la «boisson totem» de notre pays et de notre culture.

  b) que les dits parlementaires avaient bien identifié le danger représenté par "l'amendement Véran", lequel donnait explicitement les pleins pouvoirs aux prohibitionnistes de ministère qui voudraient bien en faire un produit tabou (voir notre article "Coup bas").

Précisons que si cette mobilisation trouva son aboutissement très tard le 1º avril dernier, elle s'exerça bien antérieurement. Au moins, concernant ledit amendement,  depuis le lendemain même de son adoption en commission des affaires sociales,  c'est à dire une semaine auparavant.

En réalité, ce travail peut tout à fait se comparer à un pressing offensif né d'un mouvement de contre-attaque et qui finit par atteindre son but.

Mais avant que soit marqué ce but, il y eut la passe décisive, véritable "point d'orgue" de la progression, et celle-ci se p ce même 01/04 en début d'après-midi.

En témoignent ces deux phrases :
«Je salue la prise de position du Gouvernement, prise suite aux négociations que nous avons eu mercredi 1er avril dernier à 14h30 à l’Assemblée Nationale avec la Ministre, Marisol Touraine. Cet échange a permis de supprimer la disposition dite  "Véran" , intégrée dans le projet de loi de santé présenté par la Ministre Marisol Touraine.»
Phrases que l'on trouve au début de ce document communiqué par M. Patrick Vignal, député de la 9º circonscription de l'Hérault : CLICK (PDF).
Un communiqué qui se termine en remerciements exprimés à l'égard de M. Florent Boudié,  député de la Gironde, pour l'amendement qu'il a déposé, accompagné de 64 cosignataires : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/586.asp.

Car même si, comme il nous est indiqué, Mme Marisol Touraine était «personnellement attachée à ce que l’on en revienne à son projet initial» et si un amendement de suppression du gouvernement a été déposé, il est néanmoins permis de penser que ce dernier aurait eu du mal à voir le jour sans l'action de ces parlementaires.

Et de ceux qui ont déposé des amendements similaires et que nous remercions tout aussi chaleureusement.

Des initiatives tout aussi méritoires et productives dont voici la liste :

Cinieri et al. : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/2.asp Suguenot et al. : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/49.asp
Perrut : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/190.asp Menuel : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/192.asp
Door et al. : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/211.asp Reiss : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/252.asp
Robinet : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/707.asp Martin et al. : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/785.asp
Lurton : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/808.asp Fabre : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/1157.asp
Denaja et al. : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/1707.asp Allain et al. : http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/1784.asp
Krabal et al: http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2673/AN/2295.asp  

En tout, 307 représentants du peuple : 53% du total.

Quand même !

Et il convient d'ajouter que cela ne signifie nullement que les 47% restant doivent être considérés comme inféodés aux "marquis de ministère". En fait, nous n'avons pas vu grand-monde voler au secours de l'alinéa 11.

Et quand nous disons «pas grand-monde»...

 

 

 

Statu quo

La presse l'a déjà annoncé : en matière de communication concernant le vin, après la séance plénière tenue hier soir à l'Assemblée Nationale,  nous en resterons donc au statu quo ante.

.

Victoire ?
Semi-victoire ?
Semi-défaite ?
Nous aurions tendance, pour notre part et compte tenu des réels risques encourus, à faire état d'une satisfaction nettement mieux que moyenne mais non totale.
Indice : environ 14/20.
Grand merci aux députés qui se sont mobilisés !

.

Dans les prochains jours, nous analyserons en détail les conséquences possibles de cette loi et ferons part à nos lecteurs de nos conclusions.
Pour l'heure,  nous les invitons à consulter
1) le compte rendu des débats (voir surtout article 4)  http://www.assemblee-nationale.fr/14/cri/2014-2015/20150197.asp.
2) le résultat du vote concernant la suppression de l'alinéa 11, celui qui nous inquiétait particulièrement et contre lequel nous nous sommes mobilisés : http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/14/(num)/1091.
(Avec détail des présents et position nominative.)
3) le communiqué de Vin et Société faisant état du principal "bémol" que l'on peut exprimer a l’égard de ce statu quo :   http://www.vinetsociete.fr/presse/communiques/loi-de-sante-publique-premiere-lecture-a-l-assemblee-nationale-les-parlementaires-font-l-impasse-sur-la-clarification-de-la-loi-evin
4) un très bon article dans la presse spécialisée :  http://www.larvf.com/,vin-assemblee-nationale-loi-evin-supprimer-amendement-publicite-alcool-marisol-touraine-vins,4429705.asp
5) un article très clair dans la presse nationale :   http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/04/02/loi-sante-les-deputes-renoncent-a-modifier-l-equilibre-de-la-loi-evin_4607776_1651302.html.

.

À noter que dans ce dernier il nous est indiqué que Mme Marisol Touraine n'était pas demandeuse de l'alinéa anti-vin.
Si c'est vrai, cela annonce-t-il un retour un rééquilibrage des pouvoirs en faveur des politiques et au détriment des "marquis de ministère" ?
Et, donc, d'une perte d'influence des malbouffisants ?
Une autre mesure prise hier semble l'indiquer : http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/2015/04/02/les-fontaines-soda-ou-boissons-volonte-dans-les-fast-food-c-est-deja-bientot-fini-696607.html.
Allons nous vers des "lendemains qui chantent" ?
Et tout cela s'avère, pourrons nous le fêter avec Mme Touraine autour d'un... vin d'honneur ?

.

.

 

Bonnes nouvelles !

Nous interrompons notre série "Amalgame et liberté d'expression" tout juste commencée pour porter à la connaissance de nos lecteurs une bonne nouvelle et une évolution intéressante.

D'abord la bonne nouvelle.
Elle est consécutive à la visite du pavillon des vins par le Président de la République et cela dans cadre du Salon de l'Agriculture :  http://www.vitisphere.com/breve-72321-tweet.html.

Des propos qui nous permettent d'espérer que seront dejouées une fois de plus les manoeuvres à l'encontre desquelles notre action s'exerce de manière continue depuis des années.

Et il n'est pas négligeable le fait que François Hollande  ait assumé sans complexe de boire du vin devant les cameras... et non seulement d'en humer ! Voir de la 20° à la 30° seconde :  http://www.francetvinfo.fr/politique/francois-hollande/video-salon-de-l-agriculture-visite-bon-enfant-mais-politique-pour-francois-hollande_831007.html.

Nous étions en effet inquiets à ce sujet depuis un passé récent.
Voir notre 1° "article lié" en bas de page.

Intéressante aussi la récente évolution de Madame Christelle Ballestrero, laquelle il y a quelques jours, dans le cadre de l'émission Télématin sur France 2, parlait d'une nouvelle étude mettant en évidence le lien entre surpoids et risque de cancer :  http://www.france2.fr/emissions/telematin/sante/cancer-et-surpoids-les-femmes-plus-a-risque-que-les-hommes_303049.

Or, chacun le sait, les défenseurs du vin ont été amenés à considérer Madame Ballestrero comme une adversaire, cela depuis belle lurette, et à commenter régulièrement ses affirmations. Exemple :
http://www.showviniste.fr/vinologie/vin-et-sante-la-fin-du-mythe-par-christelle-ballestraro-votre-coach-forme-dans-le-magazine-femina/.

Il ne lui reste de plus qu'à faire le lien entre surpoids et malbouffe, plus particulièrement boissons comportant des sucres ajoutés (sodas), pour en arriver à la conclusion que donnait déjà le World Cancer Research Fund en 2007 : "boisson alcoolisée à limiter, boisson sucrée à éviter".
Et il ne reste plus au législateur qu'à en tirer les conséquences tant au plan fiscal que communicationnel.
En établissant une hiérarchie cohérente avec les études internationales... et non plus avec les rapports que lui présentent régulièrement les réseaux franciliens.
Rapports dont nous avons démontré maintes fois ici même l'incongruité et la partialité.
Et qui, invariablement et étrangement, sont utilisées pour appuyer une proposition chère à certaines associations toujours avides de financement... et conforme à l'objectif affiché du directeur général d'un grand groupe de spiritueux.
À forte connotation anisée : voir 2° "article lié".

Articles liés :
1-
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/converti/
2-
http://www.honneurduvin.com/au-senat-intervention-anisee/