Financement de la recherche

Description de cette image, également commentée ci-aprèsOn en parle depuis plusieurs jours : des millions d’euros de crédits sur la mission "recherche et enseignement supérieur" seraient supprimés.
Confrontés à cette perspective, 8 prix Nobel français ont publié une tribune de protestation dans "Le Monde" : http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/05/23/coupes-budgetaires-dans-la-recherche-huit-grands-chercheurs-denoncent-un-suicide-scientifique-et-industriel_4924612_3232.html.
Prix Nobel ou assimilés tel Cédric Villani médaille Fields 2010.

On remarque que Jean Tirole, français et prix Nobel d'économie 2014 ne fait pas partie des signataires cités.
C'est donc qu'il y a plusieurs avis à ce sujet.
Nous avons le nôtre et nous allons ici essayer de l'exposer clairement.

Nos 8 chercheurs nous disent que «la recherche de base» et «la R&D de qualité» sont les «conditions nécessaires pour mener à bien le redressement économique du pays.»
Sans doute, mais nous pensons aussi qu'un certain tri doit être fait sur la base même de cette affirmation.
Quand certaines personnes aux compétences incertaines, refusant de communiquer leurs parcours de formation et néanmoins, par on ne sait quelle grâce, attesté(e)s chercheurs ou chercheuses emploient les moyens qui leur sont donnés pour dénigrer l'un des principaux fleurons de notre économie, est-ce qu'ils ou elles ne compromettent pas le redressement économique de notre pays ?
Surtout si le fleuron en question est le premier producteur de marge nette à l'export...
Et aussi quand les études ou rapports utilisent des données mondiales... mais après "interprétation distordante".
Ou que l'on y trouve des conclusions extrêmement étonnantes !
Par exemple qu'à consommation égale une certaine molécule est 13 fois plus mortifère en France que dans un autre pays européen.coq à col

« Il n’y a pas de nation prospère sans une recherche scientifique de qualité» nous disent les 8 signataires cités plus haut.
D'accord... mais encore faudrait-il que de cette qualité soit totalement irréprochable.
Et pour cela que le nécessaire soit fait concernant les"canards boiteux"... et un certain coq à col en coulisses.

Nota Bene
Plus que quelques jours pour visiter l'Exposition LE VIN DES PONTIFES D'AVIGNON à Sainte-Cécile-les-Vignes : http://www.vins-et-oenotourisme.fr/journal-du-vin/exposition--les-vins-des-pontifes-d-avignon-261.html.

.

 

Eh Oh, ça va mieux ?

Est-ce que vraiment les choses s'améliorent ?
Marisol et StéphaneNous, en ce fonction de la cause que nous défendons, on serait tentés de dire que oui... mais aussi que certaines personnes feraient mieux de ne pas s'en vanter.
Parce que cette amélioration s'est produite, c'est vrai, mais qu'elles ont tout fait pour l'empêcher.
Reprenons.
Mais indiquons d'abord clairement sur quelles bases nous raisonnons.
En gros : sur des faits concrets, constatés, établis.
Sur du conjoncturel plutôt que du conjecturel.
Et donc, forcément en amont de l'actualité.
Mais pas trop en amont, quand même : l'année 2015.
Un millésime de victoire pour les amis du vin avec, par la loi, la possibilité désormais ouverte aux professionnels de l'œnotourisme de communiquer sur le contexte de leur offre.
Mais la plus grande jubilation ce fut de voir le nombre de parlementaires échapper aux manipulations du lobby malbouffisant et prêter plutôt l'oreille à la voix du peuple français.
Et le Premier Ministre, et le Président de la République prendre le relais !
Ainsi que certains ministres.
Mais attention  : pas tous !
EH OHPas Mme Touraine... ce qu'on peut comprendre : on ne respire pas impunément un air gravement infecté de miasmes œnophobistes sur son lieu de travail et cela pendant des années.
Mais pas non plus M. Le Foll, Ministre de l'Agriculture, et cela c'est beaucoup plus décevant.
Eh, oh : c'est moche !

Ce qui nous a donné satisfaction en 2015
RegainLa bonne ambiance autour du vin comme exprimé plus haut.

Du coup, une baisse du nombre d'abstèmes et un début de stabilisation de celui des consommateurs réguliers.

Du coup, une amélioration du moral des français :  http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/27/2185718-le-moral-des-francais-au-plus-haut-depuis-huit-ans.html.
Du coup, une baisse de la consommation d'anxiolytiques :  http://www.doctissimo.fr/medicaments/news/anxiolytiques-une-baisse-de-la-consommation-constatee-en-2015.
Et de bonnes nouvelles concernant les exportations : http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/02/10/embargo-12h-les-exportateurs-de-vins-et-spiritueux-francais-peuvent-sabrer-le-champagne_4862689_3234.html.

Un peu de prévisionnel quand même
Ces bonnes nouvelles pourraient être confirmées dans l'avenir, compte tenu de tendances corrélatives qui nous enchantent.
Voir article et tableau ci-dessous.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/22/la-consommation-de-vin-va-continuer-de-grimper-dans-le-monde_4560944_3234.html

Graphique Coca

 

Freud

C'est toujours une chance de faire de bonnes rSigmund_Freudencontres, de celles notamment qui vous permettent de progresser en vous aidant à vous poser de bonnes et nouvelles questions.

Dernièrement, c'est ce qui nous est arrivé et c'est ainsi qu'un sympathisant nous soumit une intéressante suggestion:
«Pourquoi n'essayez vous pas plus souvent de mieux cerner la psychologie de vos adversaires ?
De vous demander quelles sont leurs profondes motivations ? Leurs blocages intimes ? Ont-ils un passif? Sont-ils adeptes de certaines religions prohibitionnistes telles que certaines branches de l'islam (pas toutes) ou du christianisme (Mormons, Adventistes du 7º jour...)?
Sont-ils secrètement attachés à défendre la mémoire d'Hitler (qui ne consommait pas d'alcool) contre celle de Churchill (qui en consommait beaucoup) ?»

Bon, d'accord, il faut faire la part de l'humour et de la provocation, mais la question est pertinente et il est intéressant d'essayer d'y répondre.

Georges Duhamel, un illustre académicien qui fut interdit de publication pendant l'occupation en raison de ses positions courageuses écrivit un jour : «Le vin est l'emblème d'une civilisation».
Sigmund Freud, un homme que les nazis n'aimaient pas vraiment, intitula un de ses ouvrages : "Malaise dans la civilisation".
Il est fort probable que certains de nos adversaires sont mal à l'aise et éprouvent un vrai mal-être dans la civilisation du vin : c'est pathologique.

Mais à notre avis, pour la plupart, il s'agit surtout d'une question de gros sous.
Et de réalimentation d'un système extrêmement rentable.
En effet, plus la collectivité leur donne de moyens, plus ces moyens sont utilisés à la convaincre de leur en donner encore plus.
Cela par études, rapports et campagne de presse organisée.
Nous appellerons cela une " croissance en spirale ".
Un processus pervers que nous nous attacherons plus encore à désamorcer ici.
Notamment en dénonçant amalgames, stigmatisations, connivences collaborationnismes... et calculs farfelus.

Petit plus sur Freud et le vin
La correspondance du fondateur de la psychanalyse nous apprend qu'il considérait le vin comme «un bon ami».
Ça manque un peu de dithyrambe à notre goût... mais c'est déjà pas mal quand même.
Aujourd'hui, combien de psychanalystes agréés par le Ministère de la Santé oseraient en dire la moitié ?
Du moins en France...

 

Jonquille

Ni aux ennemis du vin, ni à leurs alliés, ni aux mercenaires qu'ils emploient nous ne sommes disposés à apporter notre aide en rien et si peu que ce soit.

Amis du "divin breuvage ", si vous désirez soutenir la recherche contre le cancer, ce à quoi nous ne pouvons que vous encourager, c'est à l'Institut Curie qu'il serait cohérent à Jonquille Curienos yeux d'adresser vos dons.
«Vous auriez pu nous y inviter quelques jours plus tôt», nous direz-vous !
Effectivement, une semaine d'animations organisée par ledit institut sous le signe de la jonquille s'est achevée avant-hier.

Mais pour notre défense nous pouvons dire :
1) qu'il n'est évidemment pas trop tard pour donner : CLICK.
2) qu'il nous a fallu quelques jours pour bien vérifier que dans le cas que nous indiquons il n'y avait toujours pas eu de récupération.
Et aussi qu'à l'institut Curie on ne préconisait pas encore aux malades du cancer de consommer tous les jours en quantité un produit que certains déclarent cancérigène :
http://www.dangersalimentaires.com/2011/04/coca-cola-une-boisson-dangereuse-et-cancerigene/.
Ce qui arrive quand même à se produire dans certains lieux où se concoctent des stratégies adverses à la cause que nous défendons : voir notre article précédent.

D'autre part, voici un bon reportage sur les journées Méditerranéennes "Vin et Nutrition" (colloque organisé à Hyères sous les auspices de la Chaire UNESCO culture et traditions du vin) : http://invinocultura.com/fr/articles/les-actualites/124/les-journees-mediterraneennes-vin-et-nutrition-a-hyeres.html.

.

 

Taxes et sur-taxes

Concernant toujours l'immortel ouvrage de M. Kopp, "Le coût social des drogues en France", il convient d'indiquer que sa fonction fiscale apparaît nettement quand on réalise le nombre de fois où le mot "taxe" est utilisé. 
6 fois dans la seule page 10 !
Ce qui semble bien confirmer que l'utilisation de ce rapport dans le cadre d'une campagne de presse en septembre dernier pour tenter de "tordre le choix" des élus du peuple avait en réalité fait l'objet d'un détournement de finalité. 
Et ceci en urgence : voir notre article "Du lourd (1 bis)".


Il n'est pas interdit de penser que l'objectif initial n'était pas l'opposition à l'amendement clarifiant la loi Évin, mais bien la sur-fiscalisation du "divin breuvage". vin
Selon un schéma récurrent que nous ne connaissons que trop bien, et cela depuis un conséquent nombre d'années.
Nous pourrons donc voir réapparaître ce rapport à l'occasion d'une prochaine campagne d'"information".
C'est pourquoi nous allons continuer à l'examiner de près...