Levrette

LevretteComme nos fidèles lecteurs s'en souviennent probablement, nous avons déjà eu l'occasion de parler de M. Damien Mascret, chroniqueur à Itele et au Figaro.
Et ceci à 2 reprises.
2012:
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/figaro/
2014:
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/oenoseptique-trop-hatif/

En cette année 2016, il nous semble à nouveau être vexé de ne pas encore figurer sur la "short list" des prétendants au prochain Grand Prix de l'Œnophobisme.
Nous expliquerons plus bas ce qui nous donne cette impression.

Mais d'abord, rappelons qu'elle est sa spécialité.
Depuis quelque temps, par modestie sans doute, le Dr Mascret se présente souvent comme généraliste mais il est en réalité médecin sexologue, membre de l'illustre Société Francophone de Médecine Sexuelle :  http://www.sfms.fr/prod/system/main/?page=/prod/data/societe/membres/membres.asp.
À ce titre, il a co-écrit 2 ouvrages immortels.
Celui-ci : "La revanche du clitoris" (2008). 

RomantiqueEt surtout cet autre : "Peut on être romantique en levrette ?" (2009). Un titre qui a peut-être inspiré celui d'une courte comédie publiée en juin 2016 : http://www.goldenmoustache.com/la-levrette-romantique-100395/.

Le docteur Mascret a parfois apporté aussi sa contribution à certains articles portant sur des pratiques plus ou moins habituelles.
Exemple (parmi d'autres...) : http://www.femmeactuelle.fr/amour/sexo/sadomasochisme-douleur-21124.
Et ce n'est pas un homonyme comme en témoigne cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=tBWsEW8yBow.
Dans quelques jours il nous proposera un " Dico-guide" de notre santé.
Les questions précédemment évoquées le seront-elles à nouveau ?

Et sera-t-il question de vin ?
Pour être clairs, nous le redoutons un peu au vu d'un récent article paru dans le Figaro : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/03/29/24792-faux-effet-protecteur-petit-verre-dalcool.
Dans la ligne de celui que nous évoquions Résultat de recherche d'images pour "damien mascret i tele 06/04/2016"la semaine dernière dans notre billet "West".
Et puis il y a eu reprise du même thème avec des propos similaires sur I télé : http://www.itele.fr/chroniques/mag-sante/le-mag-sante-du-06042016-160294.
Quelques jours auparavant, nous avions pu entendre le même monsieur sur la même chaîne déclarer de façon claire et définitive en ouverture de sa rubrique : «L'alcool est mauvais pour la santé !» (http://www.itele.fr/chroniques/mag-sante/le-mag-sante-du-30032016-159451).
Sans parler de d'autres formulations inquiétantes qu'il nous est arrivé de repérer parfois en effectuant notre travail de surveillance des médias coutumiers de la vente d'espaces publicitaires à la star des boissons malbouffisantes.

Pour finir et parce qu'il ne faut jamais désespérer de convaincre ses adversaires, tentons de faire changer M. Mascret de position.
Pour ce faire, dans l'immédiat, nous lui proposons de lire 2 textes.
Celui-ci «
Osez l'érotisme selon Bacchus».
Et cet autre: «Le vin (et pas seulement le champagne) est-il le meilleur ami du sexe ?».
Il aurait sans doute aussi tout à gagner à consulter cette étude publiée dans le "Journal of Sexual Medicine" : Regular moderate intake of red wine is linked to a better women's sexual health. 

Et puis, nos adversaires, au delà de les convaincre, nous caressons parfois le rêve fou de les amener à aimer vraiment le "divin breuvage".
Mais dans le cas de notre sexologue-écrivain, quel vin lui indiquer qui pourrait l'intéresser dès l'abord ?

Château La LevretteTrouvé !
Et dans le Figaro, par dessus le marché ! Un Château La Levrette, bien sûr : http://avis-vin.lefigaro.fr/vins-champagne/bordeaux/rive-droite/bordeaux-superieur/d25410-chateau-la-levrette...

Quand on cherche à séduire, il peut être utile d'apporter une petite touche de romantisme, n'est-ce pas ?

Nota Bene Il est encore temps pour s'inscrire à la prometteuse conférence dont nous vous avons déjà parlé :  http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/attention-changement-de-lieu/.

.

.

 

Pourquoi pas ?

Donc, aujourd'hui, M. Kopp dans son ouvrage (http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eisxpkv9.pdf, voir tableau en bas d'article) nous dit que le rapport "coût social de l'alcool / nombre de décès liés à l'alcool" était plus de 8 fois plus élevé en 2010 que ce qu'il déclarait 15 ans auparavant concernant l'année 1995 (http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/cout2000.pdf).
Coût social 1995Décès 1995

Soit 120 milliards d'€ au total : http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/09/11/les-chiffres-chocs-du-cout-social-de-l-alcool-et-du-tabac_4753027_1651302.html.

Bon ! Voyons ce que cela donnerait à l'unité. Le vin représente 7/12 de la consommation totale d'alcool pur : http://www.ofdt.fr/statistiques-et-infographie/series-statistiques/alcool-evolution-des-quantites-consommees-par-habitant/.
Par conséquent, le coût social du vin représenterait 70 milliards d'euros.
Du moins pour ceux qui font profession de ne pas voir de différence entre boissons alcoolisées,  mais prenons le parti de rester dans leur logique et d'utiliser leurs chiffres.

La consommation de vin en France est de 28 millions d'hectolitres :  http://www.planetoscope.com/Le-Vin/872-consommation-mondiale-de-vin.html. Donc (70 000 / 28), le coût social d'un hectolitre de vin serait de 2 500 € : 25 € le litre ! Compte tenu du prix moyen de la bouteille on arriverait à une valeur à l'unité quasiment octuple de celle qui est proposée au consommateur sur les rayons des différents commerces.

Dès lors, en demeurant dans la logique de l’absurd605735381e, une solution peut être envisagée.
Une solution économique qui concilierait à la fois les objectifs prohibitionnistes et les intérêts de la filière viticole : envoyer des équipes tous les matins acheter tous les flacons disponibles en rayons.
Parmi ces équipes pourraient être reconvertis toutes celles et tous ceux qui passent leur temps dans des bureaux à trouver les moyens les plus efficaces à seule fin de  diaboliser le "divin breuvage" et dont la fonction deviendrait dès lors superflue.

On pourrait aussi rémunérer très confortablement les producteurs pour qu'ils ne produisent plus, pourquoi pas ?
Mais attention : ces contreparties ne concerneraient que les produits destinés au marché intérieur !
A-t-on jamais entendu les prohibitionnistes payés sur fonds publics regretter les "exportations de coût sociaux" ?
C'est important, les exportations, pour le niveau d'équilibre de la balance commerciale !

On pourrait aussi s'adresser directement aux 3,8 millions de "consommateurs à problèmes" (selon M. Kopp) : avec plus de 2,5 millions d'euros mensuellement pour chacun d'entre eux, il y a vraiment de quoi faire !

courbe en j

Mais attention !
Il faut prévoir un autre budget : une fois le problème réglé, il faudra chercher à améliorer encore la situation...
N'oublions pas en effet la courbe en J.
Personne ne la conteste.
Alors il faudra inciter chacun à se rapprocher le plus possible de l'optimum,  soit 1/2 verre par jour.
Et notamment les abstèmes !

Beaucoup,  beaucoup de gens se préoccupent de la consommation excessive et nous en faisons partie.
Mais sommes nous les seuls à nous préoccuper aussi de ceux qui ne consomment pas assez ?
Ils forment pourtant, ne l'oublions pas, largement la majeure partie de l'humanité !

Tableau évoqué en début d'article :
Coût social 2015

 

COP21

«Île flottante émulsion de cèpe, en entrée, suivie d’un poisson sauvage de Bretagne au romarin, accompagné de pommes de terre confites de Noirmoutier au jus de crustacés. Vieux Comté, Roquefort, Brie de Meaux et cabri du Poitou sur l’assiette de fromage. Et pour dessert, la spécialité de la maison : une tarte fine sablée au cacao. Le tout arrosé de Bourgogne blanc, Bordeaux rouge et vin de Banyuls
http://www.20minutes.fr/planete/1741175-20151201-diner-3-etoiles-place-vosges-hollande-obama
Obama et Hollande à l'Ambroisie, place des Vosges à Paris, le 30 novembre 2015.À l'occasion de la COP21 le président de la République Française tente-t-il d'assassiner Barack Obama par inoculation du cancer ?
C'est dans doute la question que doivent se poser l'INCa, l'ANPAA, l'APA, la FFA, la SFA, et cætera, et cæcoca...
En effet, hier soir, François Hollande a amené dîner son homologue américain dans un restaurant parisien bien connu,  l'Ambroisie, un de ces lieux de perdition où l'on sert encore du vin !
Heureusement que ces deux présidents se fient probablement d'avantage aux rapports et études internationaux qu'à la littérature prohibitionniste française... car du coup tout s'est bien passé dirait-on.

 

.

 

Ceci n’est pas une caricature

.

D'emblée, pour éviter tout fâcheux malentendu éventuellement assorti de conséquences désagréables, nous tenons à préciser que ceci n'est pas une caricature. .

En fait, il s'agit d'un portrait qui représente le poète mystique Omar Ibn al Faridh auteur du magnifique «Éloge du vin». .

Nous aurions pu parler aussi de bien d'autres auteurs orientaux de poèmes célébrant le vin ainsi par exemple qu'Abū Nuwās (577/632), libertin hétérodoxe par ailleurs.
.
AVT_Omar-Hayyam_3560
Mais, bien sûr, il est hors de question d'oublier l'immense Omar Kayyam (1048/1131), non seulement poète mais également philosophe, mathématicien, astronome et savant en bien d'autres matières.
«Un peu de vin vaut mieux pour moi que le royaume 
De tous les rois défunts et mieux que tous leurs trônes»,
déclarait-il.
.
Ou :
 «Bois du vin… c’est lui la Vie éternelle,
C’est le trésor qui t’est resté des jours de ta jeunesse».
Ou aussi :
«Puisque la vie passe :  qu’est-ce que Bagdad et Balk ?

La coupe une fois pleine, qu’importe son amertume et sa douceur .Bois du vin, car souvent après ton départ et le mien, cette même Lune

Passera du dernier jour du mois au premier, du premier au dernier.»
Ou encore :
«Personne ne peut passer derrière le rideau qui cache l’énigme ;

Nul esprit ne sait ce qui vit sous les apparences.Sauf au cœur de la terre, nous sommes sans asile…Bois du vin ! ignores-tu qu’à de tels discours il n’y a pas de fin ?»

Un dernier pour la route :
«Lorsque je serai mort, lavez-moi au jus de la treille;
au lieu de prière, chantez sur ma tombe les louanges de la coupe et du vin,
et si vous désirez me retrouver au jour dernier,
cherchez-moi sous la poussière du seuil de la taverne.»
En cette époque, des contrées où vivaient ces œnophiles lumineux, émanait un jaillissement civilisateur qui irriguait le monde. [1] 
Cette concomitance, était-ce une coïncidence ? [2].
.
Syllogisme juridique : Averroès dans le droit moderne ?
Puis, dans le cheminement vers la Renaissance sans laquelle l'humanité n'aurait pas connu le Siècle des Lumières, en Andalousie, vint Averroës (1126/1198) qui joua un rôle majeur... jusqu'à ce qu'il soit condamné à l'exil par le calife Al-Mansûr.
Lequel fit alors interdire la philosophie, les études, les livres et... la vente de vin.
.
C'est donc ensuite en Catalogne et en Occitanie que la marche vers l'humanisme pu se poursuivre...
Mais des Colonnes d'Hercule au pays d'Avicenne et plus loin encore, de féconds îlots d'humanisme œnophile subsistèrent partout : Ibn al Faridh, par exemple, vécu de 1181 à 1234.
.
De nos jours, il en existe encore : à eux toute notre solidarité ! [3]
.
.
[1] En ces temps là, les sciences faisaient florès. Par exemple :
- au IXe siècle, le mathématicien de langue arabe Al Kashi généralisa le théorème de Pythagore.
- les médecins traduisaient les textes et adoptaient les méthodes dHiippocrate qui avait coutume' de dire : «Le vin est une chose merveilleusement appropriée à l'homme si, en santé comme en maladie, on l'administre avec à propos et juste mesure, suivant la constitution individuelle».
[2] Pour tâcher de répondre à cette question, on pourra consulter notre article "Psychoactivité positive".
[3] Bien sûr, en France, nous eûmes aussi nos écrivains et poètes du vin comme Victor Hugo, Baudelaire ou Colette, mais c'était pour eux un exercice beaucoup moins compliqué.
Enfin.... ça c'était avant l'ANPAA !
.
.
.
 

Psychopathologie

Le gouvernement est préoccupé par le simple usage et non seulement par l'abus.

 Du moins selon le ministère des Affaires Sociales et la Santé :  «la consommation et les usages à risque d'alcool représentent un sujet de préoccupation majeure pour le Gouvernement, notamment chez les jeunes».

Voir 6° phrase de cette récente et bien tardive réponse au sénateur Alain Houpert de la Côte d'Or : CLICK.
.
Développement
Si on reste sur une logique uniquement comptable, "Affaires Sociales" d'avantage que "Santé", cela pourrait paraître assez compréhensible en ce sens que la longévité pose un problème pour le financement des caisses de retraite.
 En prenant pour référence les chiffres de l'ONU, de l'OMS et d'une enquête réalisée pour Vinexpo en 2012, on se rend compte que diviser par 13 la consommation de vin des français ramènerait celle-ci à la moyenne planétaire.
Et que l'espérance de vie des mêmes français est actuellement en France supérieure de plus de 12 ans (80,9 contre 68,7) à celle de l'être humain moyen à l'échelle mondiale.
12 ans : que d'économies en perspective !
 Et c'est une stratégie qui donne déjà des résultats certains...
N'en déplaise aux esprits chagrins qui pensent que nous sommes gérés par des gens inefficaces, certains sont bien au contraire d'une redoutable efficacité !
 En effet, si dans les années 1950, celles au cours desquelles la consommation de vin était le plus généralisée en France, l'écart proportionnel des espérances de vie était d'environ +43%, il n'est plus aujourd'hui que de +18%.
Il a donc été divisé par environ 2,4 (43/18).
 C'est à peu près par ce même coefficient qu'a été multiplié le nombre de non-consommateurs de vin pour la même période...
.
Observation
Il est à remarquer que, pendant très longtemps, lorsque l'intitulé d'un ministère comprenait le mot "Santé", celui-ci était placé en premier lieu.
Exemple (puisque nous venons de parler des années 1950) : le Ministère de la santé publique et de la Population dans le gouvernement Mendès-France.
 Aujourd'hui, le ministère duquel est en charge Mme Marisol Touraine (photo) se nomme «des Affaires Sociales et de la Santé», un ordre porteur de sens.
Au tout début de l'actuel gouvernement, le mot "santé" fut même oublié : voir notre article du 11 avril dernier.
 Un «oubli significatif» diraient peut-être les disciples de Sigmund Freud.
Un thème que ce dernier a notamment développé dans "Psychopathologie de la vie quotidienne".
.
N.B : sur ce même sujet, on peut relire notre article du 14/10/2012.
Il démontre que l'opération ne serait peut être pas aussi rentable que cela...
.
.