Financement de la recherche

Description de cette image, également commentée ci-aprèsOn en parle depuis plusieurs jours : des millions d’euros de crédits sur la mission "recherche et enseignement supérieur" seraient supprimés.
Confrontés à cette perspective, 8 prix Nobel français ont publié une tribune de protestation dans "Le Monde" : http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/05/23/coupes-budgetaires-dans-la-recherche-huit-grands-chercheurs-denoncent-un-suicide-scientifique-et-industriel_4924612_3232.html.
Prix Nobel ou assimilés tel Cédric Villani médaille Fields 2010.

On remarque que Jean Tirole, français et prix Nobel d'économie 2014 ne fait pas partie des signataires cités.
C'est donc qu'il y a plusieurs avis à ce sujet.
Nous avons le nôtre et nous allons ici essayer de l'exposer clairement.

Nos 8 chercheurs nous disent que «la recherche de base» et «la R&D de qualité» sont les «conditions nécessaires pour mener à bien le redressement économique du pays.»
Sans doute, mais nous pensons aussi qu'un certain tri doit être fait sur la base même de cette affirmation.
Quand certaines personnes aux compétences incertaines, refusant de communiquer leurs parcours de formation et néanmoins, par on ne sait quelle grâce, attesté(e)s chercheurs ou chercheuses emploient les moyens qui leur sont donnés pour dénigrer l'un des principaux fleurons de notre économie, est-ce qu'ils ou elles ne compromettent pas le redressement économique de notre pays ?
Surtout si le fleuron en question est le premier producteur de marge nette à l'export...
Et aussi quand les études ou rapports utilisent des données mondiales... mais après "interprétation distordante".
Ou que l'on y trouve des conclusions extrêmement étonnantes !
Par exemple qu'à consommation égale une certaine molécule est 13 fois plus mortifère en France que dans un autre pays européen.coq à col

« Il n’y a pas de nation prospère sans une recherche scientifique de qualité» nous disent les 8 signataires cités plus haut.
D'accord... mais encore faudrait-il que de cette qualité soit totalement irréprochable.
Et pour cela que le nécessaire soit fait concernant les"canards boiteux"... et un certain coq à col en coulisses.

Nota Bene
Plus que quelques jours pour visiter l'Exposition LE VIN DES PONTIFES D'AVIGNON à Sainte-Cécile-les-Vignes : http://www.vins-et-oenotourisme.fr/journal-du-vin/exposition--les-vins-des-pontifes-d-avignon-261.html.

.

 

Déesses

GilgameshL'épopée de Gilgamesh figure parmi les plus anciens textes connus de l'humanité (IIème millénaire av. J.-C).
Et c'est dans ce texte que figure la première mention littéraire du vin qu'il nous ait été donnée de connaître.
Un vin issu d'une vigne enchantée au Royaume du Soleil !
http://www.inrap.fr/dossiers/Archeologie-du-Vin/Histoire-du-vin/Neolitique-Mythes-et-religions#.VzyGcBE6_bU
Une épopée qui nous a permis de faire la connaissance de Siduri, déesse-tavernière dont le nom est explicitement associé à la fermentation, cet admirable processus qui, en cassant une Fermentationgrossière et lourde molécule en produit deux petites, fines, subtiles, élégantes...
Et légères : à l'inverse du jus de raisin, le vin est plus léger que l'eau.
Tout cela, en plus, après expulsion d'un gaz toxique plus lourd que l'air : une divine métamorphose !
À tout le moins une magnifique performance de la nature.

Cette nature dont certains feraient bien de respecter un peu plus les œuvres... et les chefs d'œuvres !

MinoennesBien plus tard, à mi-chemin entre ce récit et le début de notre ère, on apprend dans l'Avesta, texte sacré de la Perse antique, que c'est à une femme que l'on doit le vin (source citée plus haut).
Hélas, c'est l'époque au cours de laquelle la civilisation mycénienne va succéder à la minoenne et les divinités féminines seront désormais reléguées au second plan.

Euphrosyne &

Et ne seront plus qu'indirectement associées au vin.
Telle Euphrosyne, fille de Zeus, déesse féminine de la joie et compagne d'Akratos, dieu du vin sans mélange.

 

Et les femmes entreront dans un long tunnel, jusqu'au milieu du siècle dernier, époque où leur rapport au vin était toujours mal vu et où il était parfois même déconseillé par le corps médical.

Pire que de l'infantilisation, puisque à la même époque le vin était encore servi dans les écoles de garçons !
Bien sûr, les choses allaient changer grâce à de courageuses pionnières.
colette-la-passion-du-vinÉvoquons tout particulièrement en la circonstance la grande figure de Colette et de sa merveilleuse contribution littéraire à la cause œnophile.
Mais de nos jours encore certaines traces de ces temps de discrimination subsistent.
Par exemple le tire-bouchon est aujourd'hui généralement affaire d'hommes dans les familles...
Et les métiers du vin ne sont que trop lentement investis par les femmes.
Exemple (lire tout particulièrement les 2 derniers chapitres) :
http://businessofeminin.com/feature/les-femmes-et-le-vin-une-histoire-de-passion-et-de-combat/.

SiduriIl est vraiment bien loin le temps de Gilgamesh, époque où les taverniers étaient des tavernières.

Remerciement:
À l'administrateur historique de notre association sans lequel cette chronique aurait été beaucoup mois bien documentée.

Article lié
http://honneurduvin.vitisphere4.vitisphere.com/la-paix-par-le-vin/

.

 

 

La paix par le vin

LysistrataChacun connaît Lysistrata, l'héroïne de la comédie éponyme d'Aristophane écrite en 411 av. J.-C.
Une pièce où l'on peut entendre l'héroïne entreprendre de mettre fin à une sanglante guerre entre Sparte et Athènes.
Cela en mobilisant les femmes afin qu'elles contraignent les mâles belliqueux à mettre fin aux hostilités.
AristophaneAu moyen d'une générale grève du sexe.
Mais se souvient-on du rôle que joua le vin dans cette paradigmatique irruption des femmes dans la politique ?
Eh bien ce fut le support du serment que prêtèrent les pacifistes résolues !
Plutôt qu'une brebis égorgée ou un cheval immolé...
https://fr.m.wikisource.org/wiki/Lysistrata_(traduction_Brotier)

«LYSISTRATA
Plaçons là une grande coupe noire ; immolons dedans une amphore de vin de Thasos[23], et jurons de n’y jamais mettre d’eau.»

Et un peu plus loin :

«LYSISTRATA.
Qu’il me soit permis de boire de ce vin, si je tiens mon serment.....

MYRRHINE.
Qu’il me soit permis de boire de ce vin, si je tiens mon serment.

Vin grèce antiqueLYSISTRATA.
Si je manque à mes promesses, que cette coupe soit remplie d’eau.....

MYRRHINE.
Si je manque à mes promesses, que cette coupe soit remplie d’eau.

LYSISTRATA.
Vous toutes, prenez-vous par serment les mêmes engagements ?

CALONICE.
Oui, par Jupiter.

LYSISTRATA.
Eh bien, je vais sacrifier cette victime. (Elle boit.)

MYRRHINE.
Ô ma chère, laisse-m’en un peu, pour que nous vivions dès à présent en bonnes amies.»

Entendre aussi le serment dans «Lysistratas, d'après Aristophane», adaptation de la pièce par l'auteur Michel Tremblay et le metteur en scène André Brassard en 1969 :

Pas d'abstèmes quand il s'agit de paix !

Mais le lien entre le vin et l'émancipation des femmes et même leur présence forte en politique est bien plus ancien.
sumerAu moins 2000 ans !
Comment ne pas évoquer Sumer et la reine Ku-baba, la première femme ayant accédé à la fonction de gouverneur ?
Avant de monter sur le trône et de fonder la fameuse IIIème dynastie, la dynastie Kish (vers 2450-2350 avant J.-C.), Ku-baba, dont le nom signifie « marchande de vin », n’était qu’une modeste propriétaire de taverne.
Ku-babaCe qui n’a en fait rien d’étonnant dans la société égalitaire qu’était celle du Moyen-Orient antique.
En effet, les femmes y bénéficiaient d’une grande indépendance : elles possédaient des propriétés, avaient un travail… et particulièrement, très souvent, pratiquaient le commerce du "divin breuvage " !

Cette précision est dédiée aux cavistes féminines de plus en plus nombreuses en France et dont la compétence éblouit bien souvent les amateurs.

Et malédiction dionysiaque à ceux qui ont déclaré la guerre au vin !
Le BanquetPuissent-ils être contraints à ne jamais oublier que la démocratie a été conceptualisée par Socrate (Vº av. JC comme Aristophane) au cours de banquets au cours desquels les idées venait grâce au liquide inspirant.

Et à toujours aussi se souvenir de Lysistrata.
Afin qu'ils puissent trouver un jour la paix... par le meilleur que la vigne ait depuis tant de siècles permis aux hommes d'élaborer.

.

 

Eh Oh, ça va mieux ?

Est-ce que vraiment les choses s'améliorent ?
Marisol et StéphaneNous, en ce fonction de la cause que nous défendons, on serait tentés de dire que oui... mais aussi que certaines personnes feraient mieux de ne pas s'en vanter.
Parce que cette amélioration s'est produite, c'est vrai, mais qu'elles ont tout fait pour l'empêcher.
Reprenons.
Mais indiquons d'abord clairement sur quelles bases nous raisonnons.
En gros : sur des faits concrets, constatés, établis.
Sur du conjoncturel plutôt que du conjecturel.
Et donc, forcément en amont de l'actualité.
Mais pas trop en amont, quand même : l'année 2015.
Un millésime de victoire pour les amis du vin avec, par la loi, la possibilité désormais ouverte aux professionnels de l'œnotourisme de communiquer sur le contexte de leur offre.
Mais la plus grande jubilation ce fut de voir le nombre de parlementaires échapper aux manipulations du lobby malbouffisant et prêter plutôt l'oreille à la voix du peuple français.
Et le Premier Ministre, et le Président de la République prendre le relais !
Ainsi que certains ministres.
Mais attention  : pas tous !
EH OHPas Mme Touraine... ce qu'on peut comprendre : on ne respire pas impunément un air gravement infecté de miasmes œnophobistes sur son lieu de travail et cela pendant des années.
Mais pas non plus M. Le Foll, Ministre de l'Agriculture, et cela c'est beaucoup plus décevant.
Eh, oh : c'est moche !

Ce qui nous a donné satisfaction en 2015
RegainLa bonne ambiance autour du vin comme exprimé plus haut.

Du coup, une baisse du nombre d'abstèmes et un début de stabilisation de celui des consommateurs réguliers.

Du coup, une amélioration du moral des français :  http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/27/2185718-le-moral-des-francais-au-plus-haut-depuis-huit-ans.html.
Du coup, une baisse de la consommation d'anxiolytiques :  http://www.doctissimo.fr/medicaments/news/anxiolytiques-une-baisse-de-la-consommation-constatee-en-2015.
Et de bonnes nouvelles concernant les exportations : http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/02/10/embargo-12h-les-exportateurs-de-vins-et-spiritueux-francais-peuvent-sabrer-le-champagne_4862689_3234.html.

Un peu de prévisionnel quand même
Ces bonnes nouvelles pourraient être confirmées dans l'avenir, compte tenu de tendances corrélatives qui nous enchantent.
Voir article et tableau ci-dessous.
http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/22/la-consommation-de-vin-va-continuer-de-grimper-dans-le-monde_4560944_3234.html

Graphique Coca